Saluc vient d’être racheté par la SA Iwan Simonis , spécialisée dans le drap de billard

CALLENELLE Lorsqu’une société mondialement connue comme Iwan Simonis , active depuis 1680 dans la création de draps de billard, rachète l’entreprise Saluc , leader mondial en matière de fabrication de boules de billard, la force de chacune de ces entreprises basées en Wallonie (la première à Verviers, la seconde à Callenelle) s’en trouve décuplée.

L’objectif de ce rachat, “qui était déjà envisagé depuis un certain temps, était avant tout de renforcer la place de nos deux sociétés au niveau mondial”, confie l’administrateur-délégué de Saluc, Curt Bossuyt, qui se réjouit de cette opération. “D’un point de vue industriel et marketing, fusionner nos compétences respectives était un véritable atout.”

C’est le 14 mai dernier que la SA Iwan Simonis a pu concrétiser ce projet de longue date, en rachetant Saluc au fonds d’investissement nord-américain Armand . Ce dernier, qui avait acquis l’entreprise péruwelzienne en 2004, attendait l’opportunité de réaliser une plus-value pour revendre la société.

Un moment que la SA Iwan Simonis attendait depuis un certain temps… et qu’elle n’a évidemment pas laissé passer.

Cette entreprise, qui emploie 70 personnes, est la plus ancienne société belge active dans l’industrie du billard et la seule usine textile au monde à produire exclusivement des draps de billard. Comme Saluc , elle jouit d’une excellente réputation mondiale et exporte pas moins de 95 % de sa production.

En ce qui concerne la production à proprement parler, ce rachat ne change rien puisque nos deux sociétés sont très différentes ”, insiste notre interlocuteur.

En réalité, “même si elles sont toutes les deux actives dans le monde du billard, Iwan Simonis relève du textile, Saluc de l’industrie chimique. Chacune continuera à l’avenir à investir de son côté, et à financer elle-même ses propres investissements. Chez nous, tous les ans, nous injectons l’équivalent de 500.000 € dans l’achat de nouvelles machines, ce qui nous garantit un avantage technique important par rapport à la concurrence. Nous continuerons bien évidemment à procéder de la sorte .”



© La Dernière Heure 2012