Christopher était présent à la barre du tribunal correctionnel de Tournai après avoir formé opposition à un jugement qui le condamnait à un an de prison. Le prévenu est poursuivi pour détention d'images pédopornographiques. L'individu semble connu des services de police. Effectivement, Christopher possède un casier judiciaire assez conséquent et a déjà été condamné à des peines de prison allant de 2 à 5 ans pour viols sur mineurs ainsi que des attentats à la pudeur. Au total, 80 vidéos à caractère pédopornographique ont été retrouvées sur son téléphone portable.  
 
L'homme de 44 ans ne conteste pas les faits et a déclaré lors de son audition: "J'éprouve un plaisir sexuel à regarder ces images". Lorsque le juge a demandé de s'expliquer sur les faits, Christopher rejette la faute sur un mauvais suivi thérapeutique. "En aviez-vous un ?", a questionné le Président Renaud Moulart. Le prévenu a étonnement répondu par la négative. "Le pire des suivis, c'est celui qu'on n'a pas eu", a répliqué le juge. 
 
"Il agit sous la pulsion"  
 
L'avocat de la défense a sollicité la plus grande clémence du tribunal. Il a aussi insisté au tribunal de tenir compte de la maladie de son client, atteint d'un cancer et le fait qu'il n'a plus été connu des services de police depuis 2019. Le représentant du ministère public reste tout de même inquiet face aux déclarations de Christopher. "Il précise agir sous la pulsion sans intention malsaine et qu'il n'a pas pour objectif de passer à l'acte. Ce n'est pas ce que montre son casier judiciaire. N'oublions pas que l'individu prenait des photos de jeunes filles dans la rue à leur insu". La peine d'un an de prison a donc été confirmée. Le jugement sera prononcé le 24 mai prochain.