Tournai-Ath-Mouscron

Un investissement de 3.000.000€ a été consenti pour leur mise en service dans les entités de Chièvres et de Silly. La Wallonie Picarde compte désormais 47 centres de traitement des eaux usées exploités par l'intercommunale Ipalle

Deux nouvelles stations d’épuration collective reposant sur des techniques très différentes et pour lesquelles un investissement de 3.000.000€ a été consenti, sont désormais opérationnelles en Wallonie Picarde. Après plusieurs années d’attente, la première vient d’être inaugurée à Tongre Notre-Dame (Chièvres), à la rue de la Ladrerie, et dispose d’une capacité permettant d’épurer les eaux usées de quelques 5000 habitants de l’entité chiévroise. Une fois traitées et dépolluées dans les bassins de décantation, celles-ci s’écouleront dans la rivière tout proche de la Hunelle. 

De nouvelles installations de traitement des eaux sales répondant aux besoins de 150 villageois viennent également d’être mises en service à Thoricourt, petite localité de l’entité de Silly. Contrairement à celle de Tongre Notre-Dame, la station d’épuration de Thoricourt est atypique en ce sens qu’elle est dépourvue d’équipements électromécaniques. Plus novatrice et durable dans son fonctionnement, celle-ci se fond dans le paysage en utilisant des lagunes où poussent des plantes aquatiques contribuant naturellement au mécanisme de recyclage des eaux usées.

Désormais, l’intercommunale de propreté publique (Ipalle) exploite 47 stations d’épuration sur le vaste territoire de la Wallonie Picarde qui est le sien. De nouveaux projets sont en cours d’élaboration afin de parvenir à épurer, d’ici une vingtaine d’années, la quasi-totalité des eaux usées de la région du Hainaut Occidental.

B.D