Deux personnes ont été tuées dans un accident de la route survenu dans la nuit à Pecq, près de Tournai. Les trois autres occupants de la voiture ont été hospitalisés.

Les services de secours de Wallonie picarde ont été alertés samedi, à 4h15 du matin, qu'un grave accident s'était produit sur la chaussée de Tournai (nationale 50), à Pecq, dans le sens Tournai-Courtrai, à hauteur du casino le Golden Vegas (voir la photo).

A l'entrée de la localité, à proximité du bureau de la Poste, une chicane centrale a été placée il y a quelques années afin de réduire la vitesse des usagers.

Le conducteur de la voiture, immatriculée dans le nord de la France, a emprunté cette chicane, puis a perdu le contrôle de son véhicule.

La voiture a terminé sa course contre un pylône électrique qu'elle a sectionné et autour duquel elle s'est enroulée.

A l'arrivée des premiers secours, deux des occupants de la voiture étaient déjà décédés. ils s'agit d' Ali Hadadcha (de Roubaix) et Medhi El Jarroudi (de Tourcoing). Trois autres jeunes Français ont été blessés à des degrés divers et admis dans des hôpitaux de Tournai et de Mouscron. Les victimes de cet accident sont âgées entre 18 et 20 ans et aucun mineur n'était à bord du véhicule.

Une enquête a été ouverte par la police du Val d'Escaut afin de déterminer les causes exactes de l'accident.​

Le parquet et descendu sur place.

Selon le parquet, le conducteur , qui n'a pu être entendu vu son état de santé et qui est grièvement blessé, a été privé de liberté. Le parquet n'avance aucune circonstance de l'accident, mais on ne peut écarter l'hypothèse d'une vitesse inadaptée aux lieux, dans une zone où la vitesse est limité à 50 km/heure.

Le bourgmestre de Pecq, Aurélien Brabant, contacté ce matin a déclaré : "Je n’ai pas (encore) tous les éléments en ma possession. L’heure est davantage à l’hommage et toutes mes pensées accompagnent les proches de ces 5 personnes.Je souhaite beaucoup de courage aux trois personnes ayant survécu à ce terrible drame et ayant perdu deux de leurs amis. C’est tragique.Pour le reste, il va de soi que nous devons sans cesse travailler et collaborer pour améliorer et sécuriser chacune des voiries qui traversent notre territoire, qu’elles soient communales ou régionales. En termes d’aménagements et d’éclairage, et dans le respect de tous les usagers faibles et moins faibles".

Ce drame de la route nous rappelle un triste souvenir datant de la soirée du 1er janvier 2010, où un véhicule occupé par cinq jeunes et roulant à vivre allure à hauteur de la sortie de Pecq, en direction de Tournai, a percuté un véhicule de type 4X4 qui arrivait en sens inverse.

Le bilan fut dramatique, car les cinq occupants de la voiture, des jeunes de la région, perdirent la vie. Ce soir là, ils voulaient rejoindre une discothèque située le long de cette chaussée afin de profiter de la gratuité de l'entrée avant minuit...

Avec ces deux personnes décédées cette nuit, cela porte à 35 le nombre de tués sur les routes de Wallonie picarde depuis le début 2019. Dernièrement, l'Institut VIAS signalait que le nombre de tués sur les routes de la province de Hainaut avait fortement augmenté au cours des 6 premiers mois de l’année par rapport à l’an dernier (50 tués au lieu de 34).

"Il faut remonter à 2013 pour avoir un nombre plus élevé de tués. Le Hainaut devient la province belge la plus meurtrière. Les cyclistes ont, en particulier, payé un lourd tribut à la route. Par contre, le nombre d’accidents tous usagers confondus a baissé de 6%. Ce nombre d’accidents atteint un niveau historiquement bas, ce qui signifie que ces accidents ont été plus mortels. Tels sont quelques-uns des résultats du dernier baromètre de la sécurité routière de l’institut Vias. Au niveau national, le nombre de tués est en forte hausse, tandis que le nombre d’accidents a légèrement baissé", déclarait Benoît Godart , du service communication de VIAS