L’entretien des cimetières fait régulièrement débat sur les réseaux sociaux, surtout depuis que l’enlèvement des mauvaises herbes doit se faire d’une autre manière depuis l’interdiction d’utiliser du glyphosate, cet herbicide total.

À Kain, des ouvriers communaux s’attellent à nettoyer les différentes allées et retirer l’ensemble des mauvaises herbes.

"C’était une situation tout à fait inacceptable et je voulais absolument prendre le taureau par les cornes. En collaboration avec le CPAS, la Ville de Tournai a procédé à l’engagement d’une quinzaine de personnes sous article 60 qui procéderont à l’entretien des cimetières", explique le bourgmestre Paul-Olivier Delannois. "Via ces contrats, des personnes bénéficiant du RIS peuvent mettre un pied dans le monde du travail. J’estime que travailler et faire partie d’une équipe participent très clairement à une valorisation sociale nécessaire à l’épanouissement de chacun. Ce type de synergie avec le CPAS fait partie des objectifs fixés par la Ville de Tournai pour les 6 années à venir." Le bourgmestre signale que la Ville veut vraiment poursuivre ce type de mesure dans le futur.

"Durant un an, ces ouvriers travailleront à entretenir et embellir nos cimetières. Aujourd’hui, c’est Kain. Ensuite, ils se rendront aux cimetières de Barry et Quartes pour, in fine, passer sur l’ensemble des cimetières de l’entité.", insiste Paul-Olivier Delannois. "Et tout comme l’entretien des trottoirs face à son domicile, les citoyens sont également responsables de l’entretien de leur concession. La Ville le fait pour l’instant, mais à terme, des mesures vont être prises. Il faut savoir que lorsqu’une concession n’est pas entretenue, la sépulture devient une propriété communale et aucune inhumation ne peut y être possible."