A la suite de la nomination de Lille Métropole 2020, capitale mondiale du design, différents acteurs de Wallonie picarde se sont mobilisés pour proposer une programmation commune et s’intégrer pleinement dans cet événement mondial. La crise sanitaire aura quelque peu modifié le déroulé initialement prévu mais n’aura pas ébranlé la motivation des membres à mettre en place les différents projets imaginés dans le cœur de Tournai.

C’est ainsi que ceux-ci s’intègreront finalement dans l’événement des Arts dans la Ville qui se dérouleront durant tout le mois d’octobre dans le centre-ville de Tournai. Fruit du travail d’acteurs tels que le Conseil de développement de Wallonie picarde, l’Académie des Beaux-Arts et l’ESA Saint-Luc, mais également Ideta, leur objectif est de faire émerger une réelle dynamique design en mettant en lumière les forces vives créatives que compte le territoire. Les rues, les commerces ou encore les musées deviendront des lieux d'expression artistiques et des espaces de création.

C'est donc le 26 septembre que débutera cette édition avec Place de la marionnette. Cette animation emblématique est programmée chaque année sur la place de Tournai par le Centre de la marionnette. Un événement festif et accessible à tous. D'autres projets sont bien entendu programmés comme la Valeur Sens qui résulte de la réflexion d’une dizaine d’étudiants. Partant du constat que le dirigeant se sent souvent démuni quand il est confronté à la nécessité de libeller un besoin, ils ont tenté de créer un nouvel outil pour réinventer un tissu urbain. Un outil de translation graphique, volumétrique et sensitif. Une approche novatrice de paramétrage des qualités et des manquements qui laisseront aux décideurs et aux designers l’opportunité de fixer les véritables problèmes pour proposer des solutions qui tendent vers le meilleur dans une approche de durabilité et de pérennité.

A l’instar des échelles de chasseurs, stratégiquement placées contre des arbres pour l’affût de gibier, les élèves de l’option design de Saint-Luc proposent des perchoirs inédits qui invitent à l’observation. Ce sont les souvenirs de situations perchées lors de l’enfance qui ont joué le rôle de fil conducteur à la mise en forme de ces constructions réalisées en atelier par les étudiants. Souvenirs de cascades, défis acrobatiques, émotions…