Le parc veille au bien-être de ses animaux mais aussi de ses visiteurs qui reçoivent gratuitement de l’eau.

Les humains ne sont pas les seuls à souffrir de la canicule. Celle-ci impacte également la faune et la flore.

À Pairi Daiza, on ne fait aucune distinction entre les organismes vivants ! En cette période d’extrêmes chaleurs, le parc est aux petits soins tant pour ses visiteurs que pour ses milliers d’animaux et de végétaux.

"Depuis le début de la canicule, nous distribuons gratuitement de l’eau au public. Celle-ci est conditionnée dans des bouteilles 100 % recyclables", insiste Claire Gilissen, porte-parole du domaine de Cambron-Casteau .

Alors que la Belgique suffoque, on ne se marche pas sur les pieds cette semaine dans les allées du parc.

Certaines familles préfèrent sans doute attendre le retour de chaleurs plus supportables pour visiter le plus beau jardin zoologique européen.

Pairi Daiza offre pourtant une multitude de coins ombragés, que ce soit sous ses arbres, ses kiosques ou dans ses grottes. Sans parler des brumisateurs qu’apprécient notamment les manchots du Cap.

"Nous conseillons à nos visiteurs de boire beaucoup et de se protéger du soleil avec de la crème solaire. Jusqu’ici, touchons du bois, nous n’avons pas eu connaissance d’un malaise lié à la chaleur. De toute façon, les infirmiers du parc sont à l’affût du moindre problème pour prodiguer des soins si nécessaire", ajoute Claire Gilissen. Indépendamment de la météo, ce n’est pas la première fois que l’infirmerie du parc est sollicitée pour des petits bobos sans gravité.

Suite à la hausse du mercure, les soigneurs sont encore plus vigilants que d’habitude pour garantir le bien-être des animaux. En raison de la fragilité de leur peau, ces derniers n’hésitent pas à donner aux éléphants une douche supplémentaire. Les pachydermes apprécient aussi de se baigner dans l’étang du parc.

À l’intérieur de la serre de l’Oasis, certains oiseaux (perroquets) ont également droit à une douche. "Afin de se rafraîchir, tous nos animaux ont accès à leurs enclos intérieurs dont les parois épaisses permettent de maintenir une température qui ne dépasse pas les 25°."

Les jardiniers du parc sont eux aussi mis à contribution pour éviter que les fleurs et les plantes ne meurent de soif.