Pas besoin de regarder l’écran, il suffit de fermer les yeux pour se plonger dans le décor. Les descriptions des lieux, des attitudes ou encore des expressions des acteurs se mêlent aux dialogues et aux bruitages du film.

"On travaille avec une équipe qui tient une réflexion sur le commentaire", explique Coralie Vandevenne, coordinatrice au sein de l’association Les Amis des aveugles . Un comédien, un ingénieur du son et une personne déficiente visuelle collaborent pour fournir "un commentaire cohérent, sans noyer le spectateur".

Depuis 2013, la Ville de Tournai organise, trois fois par an et en partenariat avec cette ASBL, des séances de ciné-club en audiodescription. Néanmoins, tous les spectateurs ne souffrent pas de déficience visuelle.

"J’ai déjà vu ce film de nombreuses fois", assure Ivette Droulez, avant d’entrer dans la salle de l’office du tourisme pour assister à la projection du film Les Choristes. À la différence près que, cette fois, les images seront accompagnées d’un commentaire. Elle se prête même parfois au jeu. "Il m’arrive de fermer les yeux…"

La plupart des autres spectateurs sont malvoyants. "Ce n’est pas possible de suivre le film sans commentaires", assure Colette Lienard. Son mari ne souffre pas de déficience visuelle, mais accompagne son épouse. "Ça change la perception que l’on a du film", admet-il. Quitte à remarquer des détails qui lui auraient échappé en regardant le film de base.

L’offre de projections de films adaptés est rare dans la région, que ce soit par les services publics ou par les cinémas traditionnels. Pourtant, les personnes dans cette situation de handicap sont demandeuses. "L’audiodescription existe sur la télévision, mais c’est mieux en salle", glisse Jocelyne Couppez. "Depuis dix ans, je ne peux plus regarder d’écran", ajoute l’une de ses amies. Entre-temps, cette technologie lui a permis "d’encore aller ‘voir’ certains films".