Tournai-Ath-Mouscron

Quand l’intérêt collectif est en jeu, force est de constater que Wallons et Flamands parviennent encore à accorder leurs violons. L’avis défavorable que viennent de rendre les responsables politiques de Herne contre le projet éolien du groupe Colruyt en est le plus bel exemple.

Suite à la demande de permis introduite par Eoly, filiale verte du géant belge de la grande distribution, et suite à l’enquête publique, le collège des bourgmestre et échevins siégeant dans cette commune du Brabant flamand vient de remettre un avis négatif par rapport à l’implantation de trois gigantesques éoliennes et ce, malgré le fait que la hauteur initiale des mâts (200 m) soit revue à la baisse (150 m).

Quelle que soit celle-ci, les nuisances visuelles et sonores demeurent aux yeux des mandataires hernois qui, de surcroît, désirent rester en bons termes avec leurs voisins enghiennois. De quoi réjouir les milliers de riverains francophones mobilisés contre ce projet au sein du comité Vents de changement dont la pétition a battu des records puisque celle-ci a récolté pas moins de 4.653 signatures ! En additionnant celles du Komitee Solidair de Herne, on arrive à un total de 8.713 signatures.

"À notre connaissance, il s’agit d’un chiffre jamais atteint lors d’une enquête publique puisqu’un habitant sur quatre s’est exprimé contre ce projet initié en Flandre, mais qui impacte cette partie de la Wallonie sans tenir compte des normes éoliennes en vigueur au sud du pays", confie David Baudrez, porte-parole du comité Vents de changement.

Jeudi, on connaîtra la position du collège enghiennois. Tout indique que la majorité Ecolo-MR-PS rejettera ce projet dans sa configuration actuelle.