Christian Halloy, expert de la fédération d’athlétisme, a homologué, sans restriction, l’itinéraire de l’épreuve.

Pour sa deuxième édition, le marathon d’Estaimpuis franchit un cap dans la hiérarchie des épreuves nationales.

"Après avoir essuyé les plâtres en 2019, nous étions décidés, au soir de la course, à faire prospérer une compétition qui accroisse la notoriété d’Estaimpuis, au-delà des frontières, autant qu’a pu y contribuer, en son temps Gérard Depardieu", s’ingénie à expliquer l’échevine des Sports, Christine Dubus. Visiblement soulagée que les 42 kilomètres et 195 mètres du circuit s’achèvent enfin.

Testé et approuvé

"Pour accéder à l’échelon supérieur, il fallait que l’itinéraire de notre marathon soit homologué par les instances internationales. Et qu’il réponde aux exigences d’un cahier des charges établi par la World Athletics, la nouvelle appellation de la fédération internationale d’athlétisme amateur", ajoute le bourgmestre Daniel Senesael, en accueillant, hier matin, sur le pas de sa porte, le Namurois Christian Halloy, expert auprès des plus hautes instances belges de l’athlétisme.

Cette première évaluation, sur le terrain, est le préambule aux opérations de mesurage du circuit, en juin prochain.

"En compagnie de Roland Maury, passé maître dans l’organisation d’épreuves sur route de longue distance, nous avons arpenté le circuit estaimpuisien, sans trouver mot à redire", observe l’évaluateur, impressionné par la qualité des routes empruntées et l’absence de relief qui est un atout incontestable sur ce type de course.

© Veys

"Sans compter que le 27 septembre, l’entité d’Estaimpuis vit au rythme du dimanche sans voiture, ce qui présente toutes les garanties de sécurité pour les compétiteurs", ajoute le comparse de Christian Halloy, avouant ne jamais avoir rencontré de telles conditions, aussi favorables, ailleurs.

Le constat de l’évaluateur est sans appel. "Le marathon d’Estaimpuis a déjà tout d’un grand et dispose d’une équipe de bénévoles qui en feront une référence, d’ici quelques années, c’est indéniable", conclut l’expert, assurant les Estaimpuisiens de son agrément, sans restriction, pour la suite.

Marathon d’Estaimpuis : une, deux ou cinq étoiles sur le circuit européen ?

© Veys

En formulant ses dernières recommandations, à l’adresse de l’échevine des Sports, lui conseillant, au passage, d’associer au processus de reconnaissance officielle du marathon, le club mouscronnois de la Jeunesse et Sport Mouscron Comines, Christian Halloy exhorte aussi les Estaimpuisiens à faire preuve d’ambitions.

"Je vais rédiger, dans les heures à venir, mon rapport d’évaluation. Et, si par la suite, vous prenez également en considération d’autres critères qualitatifs d’organisation, il vous est possible de décrocher, dès cette année, une ou plusieurs étoiles auprès des instances européennes, selon le niveau d’excellence que vous conférerez à votre épreuve", lance, comme un signal d’encouragement, l’expert namurois.

Ces fameuses étoiles qui assurent aux organisateurs un plateau d’athlètes de haut niveau au départ.