Tournai-Ath-Mouscron

Le tribunal du commerce de Tournai a prononcé, lundi, la faillite sur aveu du chantier naval Plaquet, une société familiale plus que centenaire rachetée en 2008 par le patron d'un garage automobile, rapporte mercredi Sudpresse. 23 emplois sont menacés. L'objectif était de relancer l'entreprise dans l'optique du canal Nord-Seine en créant une base technique sur le site occupé par le chantier à Péronnes (Antoing). Mais le projet est au point mort et la crise n'a pas épargné le secteur de la batellerie.

Créé lors de la première moitié du XIXe siècle, le chantier naval Plaquet était spécialisé dans la construction, la réparation et la motorisation du matériel fluvial. Le personnel était aussi qualifié pour réparer les camions utilisés dans les carrières voisines mais les carnets de commandes ont fondu comme neige au soleil en raison d'un changement de matériel.

En outre, le secteur de la batellerie traverse une crise à cause de la concurrence venue des pays de l'Est. Quant au projet de canal Nord-Seine, il est dans l'impasse. Si la décision d'élargir la Lys au niveau de Comines a été prise, le projet bloque sur Tournai en raison de la problématique du pont des Trous, vestige médiéval qui empêche la traversée de bateaux de très gros gabarit.

Dans les journaux Sudpresse, le patron explique qu'il n'a pas eu d'autre solution que de faire un aveu de faillite devant le tribunal en raison de nombreuses dettes. Une aide avait été demandée à la Région wallonne, en vain.