Ce 21 juin comme tous les 21 juin depuis plusieurs décennies, des millions de personnes à travers le monde profiteront du retour de l’été pour célébrer la Fête de la musique. Si on a souvent attribué la paternité de ce rendez-vous annuel à l’ancien ministre français Jack Lang, ce dernier n’aurait fait que ressortir des tiroirs un projet imaginé dans les années 70 par un certain Joël Cohen.

À l’époque, ce luthiste américain encourageait déjà les gens à jouer dans la rue, du lever au coucher du soleil, et à cette date précise du calendrier correspondant au solstice d’été, le jour le plus long de l’année.

Depuis lors, le concept s’est transformé en une véritable institution planétaire, y compris dans notre région où depuis 2012, l’événement est orchestré de main de maître par l’agence culturelle de Wallonie picarde.

Pour la 6e année consécutive, celle-ci n’a pas ménagé ses efforts pour mobiliser à nouveau un maximum de partenaires un peu partout en Hainaut occidental et mettre en musique une riche programmation.

Cette année, quinze des 23 communes du triple arrondissement ont répondu favorablement à l’appel des organisateurs.

"Ce n’est pas par désintérêt mais parce que cela se télescope avec des manifestations ayant lieu au même moment sur leur territoire que quelques entités ne figurent pas sur la liste des participants", précise Pauline Deroubaix, chargée de communication au sein de l’ASBL Culture Wapi.

On ne change pas une formule gagnante qui marque une nette rupture avec les traditionnels podiums statiques autour desquels se rassemblent les mélomanes sans qu’il n’y ait la moindre part d’improvisation.

Baptisé Solstice 21, le projet participatif et interactif cher à l’ACWP invite, au contraire, les musiciens à aller à la rencontre du public en leur permettant d’investir à la fois des lieux publics et d’autres endroits plus insolites que sont les gares, les musées, les bibliothèques, les écoles, etc.

Pas étonnant que le concept soit considéré au sein de la fédération Wallonie-Bruxelles comme un OVNI ou plutôt un OSNI. Traduisez objet sonore non identifié ! Plus que jamais placée sous le signe de l’éclectisme, tant par le choix des sites que des styles, l’édition 2017 a même prévu une activité musicale en milieu carcéral - en l’occurrence pour les détenus de la prison de Leuze - ainsi qu’une autre en pleine nature, dans la forêt de Bon-Secours, en parfait accord avec le chant des oiseaux.

"L’ambition est de toucher toutes les couches de la population en fédérant autour d’un même projet les différents secteurs, de la santé à la culture en passant par la petite enfance, le troisième âge et les transports", poursuit Pauline Deroubaix.

En marge de ces prestations atypiques et novatrices qui rythmeront la journée de mercredi de l’aube au crépuscule, de nombreux concerts et animations musicales là encore 100 % gratuites et nécessitant davantage de moyens techniques et logistiques occuperont le devant de la scène du 22 au 25 juin dans nos contrées.Bruno Deheneffe

Infos sur www.fetedelamusiquewapi.be