Après ce week-end de Saint-Nicolas, les petits mais également les grands ont certainement été gâtés par le grand Saint. Lettre envoyée depuis des semaines ou carottes et autres friandises posées près de la cheminée, chaque famille a sa propre façon de fonctionner afin de faire part à Saint-Nicolas de leurs souhaits. En ce mois de décembre, les magasins de jouets sont aussi énormément sollicités même en cette période tumultueuse causée par la crise sanitaire.

"Suite à ce week-end de Saint-Nicolas, nous pouvons dire que le bilan est assez positif", indique Simon, directeur du magasin Fox & Cie à Tournai. "Nous avons pu constater que les citoyens étaient bel et bien de retour dans les magasins et n'avaient plus la crainte de les fréquenter. Même s'il y a quelques mois, le secteur était fortement impacté par des pénuries, notre enseigne située à Tournai a su s'organiser et a ainsi obtenu le stock nécessaire pour cette période".

Pour le gérant de ce célèbre magasin situé dans la galerie des Bastions, le coronavirus a malgré tout toujours un impact. "Même si nous ressentons que la crise sanitaire fait encore partie de notre quotidien, les ventes ont quand même été plus fructueuses que l'année dernière. Ce qui est certain, c'est que cela se profile bien pour la Noël". A l'occasion de la fête du grand Saint, puzzles et jeux de société ont été très prisés par les familles. "Les puzzles ont très bien fonctionné. Les confinements ont sans doute joué un rôle face à cet engouement. Les jeux de société quant à eux, ont également été fortement demandés, au fil des années, la demande est de plus en plus importante", poursuit le responsable de Fox & Cie.

Des inquiétudes qui se profilent

Stéphane, gérant du Coffre à malice à Tournai, n'a pas la même façon de voir les choses. "Ce week-end de Saint-Nicolas s'est bien passé mais je reste mitigé. La crise sanitaire est une conséquence, les mesures prises par notre gouvernement n'ont rien arrangé. L'année dernière, les personnes se sont précipitées vers les magasins de jouets pour éviter un éventuel confinement. Ce n'était pas le cas cette année, je reste très inquiet pour Noël au vu de l'ampleur que prend de nouveau l'épidémie", a conclu le responsable.