C'est un magnifique projet solidaire que Françoise Debucquoy a développé il y a quelques années pour aider les habitants du Burkina Faso. 

"L'idée a émergé en 2012. Une élève originaire du Burkina Faso était en dernière année et un jour, les élèves de sa classe sont venus me voir car ils souhaitaient se rendre dans le pays. J'ai accepté le défi et j'ai commencé à me renseigner", déclare l'enseignante. 
 
Cependant, l'année était déjà trop avancée pour organiser ce voyage humanitaire. C'est pourquoi, Françoise a reproposé le projet auprès de la direction, l'année suivante. 
 
"Les élèves infirmiers ont donc travaillé de septembre à avril en créant des tombolas, des soirées et bien d'autres choses pour financer leur voyage. Nous sommes partis en avril, pendant une quinzaine de jours et nous avons rencontré les étudiants infirmiers de l'école Wend Panga au Burkina Faso ainsi que l'orphelinat de Démisséyélé. C'était difficile car nous n'étions pas préparés à la chaleur et aux conditions de vie. Mais, c'était avant tout, une rencontre culturelle et humanitaire". 
 
En 2014, l'enseignante a organisé un nouveau départ avec ses élèves. Deux ans plus tard, les Burkinabés sont venus découvrir, pour leur plus grand plaisir, la Belgique. Entre-temps, un jeune infirmier du Burkina Faso a parlé de son village, nommé Yaba et le peu d'aide humanitaire que les habitants recevaient. Durant l'année 2019, un chef éloigné de Yaba a fait plusieurs kilomètres afin de rencontrer Françoise et lui demander de l'aide pour construire un centre de santé pour son village et les villages voisins.  
   
Un projet qui vient du cœur
 
"Depuis deux ans, je bataille afin de construire un dispensaire pour que chaque enfant et chaque citoyen puissent avoir les soins nécessaires. Aujourd'hui, l'emplacement de construction a été validé par l'administration burkinabée. En un an, 8.000 € ont été récoltés. J'ai cousu et vendu des lingettes démaquillantes ou encore des capes de bain pour les bébés afin de récolter des dons, il y a également des dons privés. La première tranche des travaux requiert 30 000 €, je souhaite donc arriver à cette somme. Sans l'aide de ma direction, de mes collègues, de mes proches et de la Province, ce projet n'aurait pas lieu", précise Françoise Debucquoy.
 
Françoise a créé une cagnotte en ligne afin de récolter 10 000 €. Tous les citoyens peuvent donc l'aider à concrétiser ce projet et apporter les soins médicaux nécessaires aux habitants du Burkina Faso. Plus de renseignements sur le projet via le site : www.cotizup.com/bagnontenga.