Tournai-Ath-Mouscron

Le groupement d’achat solidaire athois a été le premier de Wallonie picarde.

ATH Le groupement d’achats solidaires d’Ath, le GASAth, regroupe désormais une cinquantaine de familles, dont une trentaine sont particulièrement régulières. Cette bande se veut un collectif citoyen de consomm’acteurs.

Les membres de la bande décident d’utiliser leur pouvoir d’achat pour soutenir les modes de production plus équitables, solidaires et respectueux de l’environnement, s’engagent vis-à-vis des producteurs locaux respectant les principes de l’agriculture paysanne, s’inscrivent dans un circuit court, soutiennent une filière agricole indépendante, développent un système collectif d’autogestion convivial et créent des espaces de réflexion sur les thématiques liées à l’agriculture paysanne.

Depuis sa création, d’autres groupements d’achats solidaires sont nés dans la région. “Ceux de Chièvres et de Lessines ont d’ailleurs été créés par des personnes qui venaient de notre GAS”, explique Paule Deligne, l’une des deux coordinatrices de l’asbl.

“Avoir fait des émules n’est pas vraiment une fierté pour nous. Nous sommes simplement contents de voir que des gens défendent les mêmes valeurs que nous.”

S’impliquer dans un groupement d’achats solidaires n’entraîne pas trop de contraintes. “Tout se fait par internet. Certains rôlent sont attribués pour trois mois et puis on change. Par contre, les permanenciers changent chaque semaine.”

Le système est simple et bien rôdé. Le samedi, le producteur envoie son tarif, les commandes sont ensuite publiées sur le net. Les familles ont jusqu’au mercredi 18 h pour passer leur commande. Les commandes groupées peuvent ensuite être passées auprès des producteurs locaux.

Les membres ont alors rendez-vous le samedi au Bassin de Ninie pour reprendre leurs paniers. “Nous travaillons avec beaucoup de producteurs locaux. Nous avons différents circuits. L’un nous mène du côté de Wodecq, des autres de Silly, Herchies ou encore Tongre-Saint-Martin. Nous avons également des contacts privilégiés avec d’autres producteurs saisonniers.” Ce moment est non seulement celui où l’on vient chercher ses achats mais surtout un moment convivial.

En travaillant de la sorte, le GASAth est certain d’obtenir des produits frais, sains et émanant d’une culture que les membres défendent. “Et nous garantissons également aux producteurs un certain revenu tout au long de l’année.” Une aide qui est la bienvenue pour ces producteurs qui font de la qualité de leurs produits une plus-value et non une rentabilité.

En savoir plus

Plus d’infos sur le GASAth, rendez-vous sur le site www.gasath.be.



© La Dernière Heure 2012