Nombreux sont les habitants d’Havinnes à avoir interpellé le bourgmestre Paul-Olivier Delannois suite à la présence de nombreux camions dans la traversée du village. La vitesse excessive était également mise en cause.

"J’ai donc travaillé sur deux axes, à savoir l’aménagement de la voirie et l’obligation pour une entreprise locale d’emprunter une autre voirie grâce à la collaboration précieuse de la CCB", souligne Paul-Olivier Delannois qui explique recevoir depuis lors beaucoup moins de plaintes. Cependant, certains citoyens remettent encore en doute ces aménagements. "Afin d’objectiver le débat, j’ai demandé à la police d’analyser le trafic."

Une analyse a donc été effectuée cette année sur huit jours et elle a été comparée à une autre effectuée sur une même période en 2016.

En ce qui concerne le charroi lourd, on a recensé cette année le passage de 5 % du charroi lourd par rapport à l’ensemble des véhicules à quatre roues là où il se chiffrait à 12 % il y a quatre ans. 78 % du charroi lourd respectaient la limitation de vitesse, fixée à 50 km/h, contre 32 % en 2016.

Du côté des voitures, 31 % respectaient la vitesse autorisée en 2016 pour 52 % cette année. Les aménagements semblent donc bien fonctionner. La vitesse moyenne pour les véhicules tous types confondus, deux roues compris, est de 60 km/h pour 85% des véhicules, soit 7 km/h de moins qu’en 2016.

"On peut donc en conclure que les aménagements ont permis de réduire de façon importante la vitesse et la fréquentation des poids lourds, analyse le bourgmestre qui en profite pour rappeler que les aménagements routiers sont réalisés également pour sensibiliser les utilisateurs à la prudence et diminuer par conséquent la vitesse. Par contre, il est impossible de sensibiliser celui qui, volontairement, se comporte en chauffard. Un feu rouge n’a jamais empêché quelqu’un de le brûler avec tous les risques que cela comporte pour l’individu et les autres. Cependant, au regard de ces chiffres, j’estime que l’investissement en aménagements de voirie a été utile et ceux-ci ne font pas partie des grands travaux inutiles."