Théo (prénom d'emprunt) est accusé d'avoir porté des coups à de nombreuses personnes dont son ex-compagne. Les premiers faits remontent en septembre 2017. Vers 2h du matin, le prévenu s'est rendu chez Dimitri pour lui demander de réparer son vélo en urgence. La victime ne voulant pas l'aider, Théo s'est très vite emporté. Effectivement, il est rentré au sein du domicile et a commencé à frapper Dimitri. Les violents coups portés ont entraîné une incapacité de travail de 3 mois. 

"Je reconnais avoir porté des coups mais c'est lui qui a commencé. J'étais ivre ce jour-là, je ne me souviens donc pas de tous les événements", déclare Théo. 

L'avocat de Dimitri n'a pas hésité à rappeler les faits lors de l'audience et les conséquences. Effectivement, la victime a eu une fracture et différents hématomes. Dès lors, celui-ci sollicite un dommage de 500 euros. 

Théo et son ex-compagne sont également soupçonnés de coups et blessures à l'égard de deux connaissances. En juin 2018, le prévenu, de nouveau ivre, était sur le toit et a violemment lancé une chaise et un marteau en direction du couple. 

"Je conteste d'avoir lancé cette chaise, ce n'est pas moi mais Théo. Si j'ai expliqué aux policiers que c'était moi, c'était uniquement pour protéger mon ex-compagnon", précise l'ex-compagne du prévenu. 

Peu de temps après ces faits, Théo s'en est pris cette fois à sa compagne qui était à l'époque enceinte d'un autre homme. Le prévenu s'était rendu chez elle afin qu'elle puisse l'aider administrativement. A cause de son refus, Théo s'est rapidement emporté. Il va en effet lui tirer les cheveux, la frapper au ventre et la menacer en lui disant que si elle prévient la police, il lui lancera de l'acide pour la faire fondre. 
 
L'avocate de l'ex-compagne du prévenu a rappelé la relation toxique entre les deux individus. 
    
"C'est une relation qui est baignée dans l'alcool et ma cliente était sous emprise. En ce qui concerne les violences à son égard, je sollicite un dommage de 500 euros. Au niveau des coups qu'elle aurait portés, je sollicite à titre principal une suspension du prononcée et à titre subsidiaire, une peine de travail."
 
Théo a énormément d'antécédents pour des faits de violence, des coups et blessures volontaires. Pour le représentant du ministère public, il est évident que le prévenu doit être sanctionné. Il requiert donc une peine d'un an d'emprisonnement. Concernant son ex-compagne, il requiert 3 mois d'emprisonnement mais n'est pas contre un sursis. 
    
"Je suis dépressif, j'ai actuellement un suivi psychologique. Je demande donc une peine de travail ou un sursis probatoire", conclut Théo.