Le MR et sa liste baptisée "Pecq autrement" veulent tourner la page d’une triste législature

C’est suite à un véritable ras-le-bol que la liste Pecq autrement a vu le jour. Présents dans le groupe Go (cartel CDH-MR), les échevins MR Agnès Vandendriessche et René Smette ont finalement décidé de claquer la porte après l’annonce de l’arrivée d’André Demortier et de Christelle Loiselet, élus de la minorité, sur la liste Go. "On ne nous tenait plus au courant de rien", regrette Agnès Vandendriessche. "De manière générale, on ne partageait plus du tout la vision du groupe. Il n’y avait plus de groupe, plus de cohésion, plus de ligne directrice", ajoute de son côté Emmanuelle Pee.

Le bourgmestre Marc D’Haene n’a pas loupé par la suite de tacler René Smette, son premier échevin, qualifiant son travail de nullité.

"Il faut savoir que j’ai dû gérer ses dossiers, que je ne connaissais pas, durant ses deux mois d’absence pour maladie", détaille René Smette. "J’ai alors découvert pas mal de problèmes sur ces dossiers. Je pense par exemple à la dalle de béton du cimetière de Pecq, aux travaux de la carrière du Maréchal, etc. On est tombé sur des choses qui ne sont pas celles qui nous avaient été annoncées. J’ai donc refusé de les défendre au conseil, d’où cette remarque de Marc D’Haene. On a d’ailleurs l’impression qu’il ne sait plus de quoi il parle. Il défend des choses totalement indéfendables en frôlant parfois l’illégalité. Il a l’air décalé."

Pecq autrement veut maintenant pouvoir tourner la page de cette législature d’où il sera bien difficile de retenir plus de positif que de négatif. "Nous avons voulu amener des nouvelles têtes, de la jeunesse et, surtout, de la transparence", assure Emmanuelle Pee. "Chacun des candidats apporte ses compétences et est complémentaire. Il n’y a aucun bouche-trou !"

Si le groupe Pecq autrement sait très bien que la majorité absolue n’est pas dans l’ordre du possible, une alliance avec Go n’est absolument pas envisageable. "Si c’est pour revivre les six dernières années, sans changement, cela n’en vaut pas la peine", souligne Agnès Vandendriessche. "Go n’a de toute manière pas cette vision de mise en avant de la jeunesse, de respect des gens, d’éthique et de transparence. Ces mêmes valeurs qui font le fondement de notre groupe", conclut de son côté Emmanuelle Pee.

La liste :

1. Agnès Vandendriessche, 2. René Smette, 3. Emmanuelle Pee, 4. Yves Renders, 5. Melissa Oliviero, 6. Guillaume Vaucant, 7. Nadia Besbas, 8. Pierre-Henry Stievenart, 9. Isabelle Goncalves, 10. Alexandre Beunes, 11. Aurore Dupont, 12. Sébastien D’Huart, 13. Alix Decorte, 14. Olilvier Nuytens, 15. Carine Defrenne, 16. Philippe Dumoulin, 17. Ludovic Delangue.

Une vision à long terme

En constituant le groupe Pecq Autrement, Agnès Vandendriessche et René Smette ne se sont pas limités à une vision purement électorale. "Nous avons composé notre groupe en nous basant sur le long terme", confirme ainsi Agnès, la tête de liste. "On veut que notre groupe continue d’exister et on le fera même si on se retrouve dans l’opposition. Quoi qu’il arrive, on se montrera constructif et positif", détaille Emmanuelle Pee. "Si GO se retrouve encore au pouvoir, l’opposition positive et constructive ne sera pas facile, assure pour sa part René Smette. J’ai été dans l’opposition et je sais que cela sera compliqué. En tout cas, ce que je sais, c’est que la grande majorité des partis sont unanimes pour dire qu’il ne sera pas possible de s’allier avec GO."

"Relever la commune"

Il y aura du pain sur la planche pour la prochaine majorité pecquoise. Pour le groupe Pecq Autrement, la priorité sera axée sur la démocratie participative et la transparence envers le citoyen. "Actuellement, la situation est catastrophique, relève René Smette. Je suis persuadé que l’on peut relever la commune sans ce groupe que j’appelle les pollueurs. Il y a beaucoup de travail mais cela peut aller vite car les équipes en place sont compétentes."Pecq Autrement veut aussi collaborer avec sa police. "On ne veut pas de fusion avec Mouscron ou Tournai, on veut garder notre proximité", ajoute Emmanuelle Pee.

Que retenir de cette législature ?

Il est assez compliqué de citer des projets concrets d’ampleur qui ont été mis en place durant ces six dernières années à Pecq. De l’aveu même de René Smette et Agnès Vandendriessche, le travail aura été bien compliqué au sein du collège. "On a tant bien que mal essayé de faire fonctionner la commune, détaille René Smette. Agnès a pu développer le sport indoor car il n’y avait plus grand-chose. De mon côté, dans le rayon environnemental, j’ai souvent été bloqué car je ne partageais pas la vision du chef. C’est exactement le même constat en ce qui concerne la sécurité routière…"

"Il aurait pu avoir une belle porte de sortie"

Le comportement du bourgmestre Marc D’Haene en aura étonné plus d’un au sein de la commune de Pecq. Annonçant dans un premier temps qu’il ne voulait quitter la politique, il aura finalement fait volte-face puisqu’il poussera la liste GO. "Il aurait pu avoir une belle porte de sortie mais, au lieu de cela, il s’accroche au pouvoir. Il a fait de bonnes choses pour sa commune. C’était un passionné, personne ne pourra le contredire. Mais sa dernière année de mandat plombe le tout", explique Emmanuelle Pee.