Sans doute le feu avait-il couvé avant que des flammes ne commencent à s’élever du grand hangar de 300 m2, rue des Chênes, au lieu-dit le "Clairieux", et que des voisins ne donnent l’alerte. À l’arrivée des pompiers de la zone de secours de Wallonie picarde, le sinistre avait déjà pris beaucoup d’ampleur. "À notre arrivée, la toiture de ce hangar agricole était déjà percée par les flammes. Ce bâtiment contenait essentiellement une réserve de foin et des ballots de paille", a précisé le capitaine Johan Fastrez.

Le hangar agricole a été complètement détruit malgré le déploiement d’importants moyens en hommes et en matériel. Cinq corps de pompiers au total, venus des casernes de Tournai, Antoing, Leuze, Estaimpuis et Mouscron, avec deux autopompes, un camion-échelle, cinq camions-citernes et un véhicule de commandement.

Une autocombustion de paille ou de foin pourrait être à l’origine du sinistre. Jean-Marie Cantraine, l’exploitant agricole avec son fils, était bien sûr effondré par la situation. "C’est un coup dur à quelques mois de ma pension que je prévois de prendre au mois de mai 2022. Le hangar est détruit, ainsi que la récolte de quinze hectares de paille et de quinze hectares de foin, dont une partie avait déjà été vendue", nous dit-il.

Il n’y avait plus de bêtes au sein de l’exploitation depuis un certain temps. Le matériel agricole a heureusement pu être sauvé des flammes. "Des voisins sont venus donner un coup de main avant l’arrivée des pompiers pour évacuer tout ce qui pouvait l’être".

Vendredi, en milieu de matinée, les combattants du feu étaient toujours sur place pour procéder à l’évacuation d’importantes quantités de paille et de foin encore fumantes et éviter que le sinistre ne reprenne.