Voilà une semaine maintenant que les enfants ont repris le chemin de l'école. Si pour certains parents ont craint ce retour à l'école, le Dr Jean-Philippe Stalens, chef de service pédiatrie au Centre Hospitalier de Wallonie picarde, tient un discours rassurant.

"Il faut d'abord bien distinguer les enfants selon leur catégorie d'âge, explique le pédiatre. Globalement, on peut parler des enfants de moins de 6 ans, de ceux de 6 à 12 ans puis les ados et jeunes adultes de 12 à 25 ans." Si les jeunes enfants peuvent être victimes de la Covid-19, ils sont souvent porteurs asymptomatiques et ne sont souvent pas malades du tout. "Ils transmettent même très peu le virus même s'ils l'ont attrapé."

Le message est plus ou moins semblable pour les enfants âgés jusqu'à 12 ans. "Il y a malgré tout un risque d'attraper le coronavirus qui augmente avec l'âge mais dans la grande majorité, les enfants restent asymptomatiques ou sont un peu malades. Un enfant de 6e primaire est beaucoup plus transmetteur qu'un enfant de 1re primaire."

Le risque de contamination est évidemment plus grand concernant les adolescents. "Ils sont plus souvent malades et plus contagieux mais leur comportement est plus à risque aussi." Jean-Philippe Stalens explique qu'il faudrait impliquer beaucoup plus les ados dans la prévention. "On pourrait par exemple penser à nommer un délégué de classe responsable coronavirus."

Concernant le retour à l'école, le Dr Jean-Philippe Stalens souligne que l'avis est unanime au niveau national et même international pour les pédiatres. "Il est important que les enfants retournent à l'école. Même si ce confinement est tout à fait indispensable pour permettre aujourd’hui de contrôler un peu mieux la situation, les enfants ont besoin d’aller jouer avec des enfants. Les parents ne sont pas des instituteurs, ils ne sont pas des compagnons de jeu au quotidien et en permanence. Les enfants ont besoin d’avoir leur vie sociale, d’apprendre à l’école, etc. Toutes ces raisons poussent les pédiatres à encourager le retour à l’école."

Il est d'autant plus important que les écoles et les enseignants respectent les règles en vigueur. "Il faut respecter la distanciation sociale au maximum quand c'est possible, surtout entre adultes, imaginer porter un masque transparent afin de permettre aux enfants de garder le contact visuel avec le visage de leur enseignant, encourager à se laver les mains, bien aérer les classes, etc."

Jean-Philippe Stalens regrette cependant que les moyens n'aient pas été débloqués pour permettre aux écoles de faire face à cette deuxième vague. "Les écoles ne sont pas équipées en matériel de transmission pour permettre aux élèves de suivre les cours à distance. Du coup, dans certaines écoles, les directions ont opté pour la présence des élèves une semaine sur deux en classe entière. Cela n'a aucun sens d'un point de vue épidémiologique."