Taclé par le bourgmestre lors du conseil communal lorsque la salle de concert de Masure 14 a été évoquée au moment des questions des conseillers, Johakim Chajia, coordinateur de la maison de jeunes, réagit.

Il lui a notamment été reproché de ne pas avoir introduit le moindre dossier concernant la salle de concert que la maison de jeunes souhaite aménager dans la partie garage. "Nous n'avons jamais dit le contraire, nous explique Johakim. À l'heure actuelle, on a juste annoncé qu'on souhaitait réutiliser cette salle de concert et qu'on a obtenu les financements pour continuer la mise aux normes incendie. On continue donc dans ce sens-là. Bien entendu, la salle ne pourra pas être utilisée à son plein potentiel avant qu'elle ne soit mise aux normes."

Paul-Olivier Delannois a également évoqué deux rapports de la zone de secours négatifs. "C'est exact. Cependant, quand je suis arrivé à la maison de jeunes en 2016, il y avait un paquet de travaux à réaliser. En deux ans, nous avons installé une centrale d’incendie filaire, mis des boutons pressoirs pour faciliter la détection incendie, installé sept portes coupe-feu ainsi que modifié la plupart des plafonds pour qu’ils résistent au feu pendant au moins une heure, modifié la plupart des châssis pour qu’ils résistent au feu pendant trente minutes, nous avons aussi installé des nouveaux blocs de secours ainsi que renforcé la rampe et installé des bandes antidérapantes pour faciliter la fuite, remis l’électricité aux normes, enfin, nous avons cloisonné l’infrastructure pour éviter la propagation d’un éventuel feu. Tous ces travaux ont nécessité des dizaines de milliers d'euros. Nous nous sommes débrouillés pour les financer, nous n'avons pas reçu un euro de la Ville."

Le coordinateur de Masure 14 regrette cette situation. "Je ne préfère pas réagir sur ce qui a été dit sur ma personne. Le plus malheureux, c'est le manque de communication entre la Ville et une partie de la jeunesse. Pourquoi en est-on arrivé-là ? Pourquoi le bourgmestre se dit déçu de ne pas avoir été mis au courant de nos projets ? Tout simplement parce qu'il a coupé la communication. Il faut pourtant la rétablir, sinon on n'avancera pas. Lorsque notre bourgmestre a été au courant du projet, il aurait pu prendre son téléphone, m'appeler et essayer de trouver des solutions en bonne intelligence... Il n'en a rien fait et préfère aujourd'hui mettre des bâtons dans les roues d'un projet musical dont les Tournaisiens auront bien besoin pour trouver du bonheur après cette crise. On continue à travailler, à avoir des rêves et des objectifs pour la jeunesse et on continue à les porter. Notre souhait n’est pas que cela dérange mais que l’on voit cela comme quelque chose de positif pour la Ville."