Chaque année, la cathédrale de Tournai fête sa dédicace à Notre-Dame, solennellement consacrée le 9 mai 1171 par l’archevêque de Reims. Mais tous les cinquante ans, l’événement est rendu encore plus officiel. Et il aurait dû l’être en réalité l’an dernier. En effet, si l’on calcule bien, le 9 mai 2021, on commémorait les 850 ans, jour pour jour. Quand bien même une célébration avait été donnée à cette occasion par le 100e évêque de la ville, Guy Harpigny, elle avait un goût de trop peu. Seules quinze personnes avaient pu y assister de l’intérieur compte tenu des restrictions sanitaires. 

On notera toutefois que l’office avait été suivi par la réinhumation dans le chœur de l’édifice de Baudoin et Radbod II, deux évêques du XIIe siècle. "En y réfléchissant, je me suis dit qu’il fallait organiser une vraie dédicace pour tout le monde. Fêter l’anniversaire d’un lieu de culte et respecter le patrimoine a un sens dans la société d’aujourd’hui", explique Guy Harpigny qui quittera sa fonction en avril prochain. Alors ce dimanche 22 mai à 15h, les institutions ecclésiales, les autorités politiques et les fidèles se sont rassemblés pour une version bis du Jubilé présidée par le primat de Belgique, le cardinal Jozef De Kesel.

Un courrier émanant du Vatican

La messe a démarré par les remerciements de l’évêque de Tournai aux membres du clergé, notamment Mgr Laurent Ulrich, qui vient d’être nommé archevêque de Paris. Ensuite, la lettre du pape François envoyée au légat pontifical a été lue à toute l’assemblée. "Nous nous réjouissons beaucoup que soit célébré le 850e anniversaire de la dédicace de l’église-cathédrale de Tournai dédiée à Dieu en l’honneur de Notre-Dame. Cathédrale dont le savoir-faire durable qui s’est épanoui à travers les siècles est digne de louanges. Elle se distingue par sa beauté admirable grâce au travail infatigable des pasteurs […] afin que les fidèles du Christ puissent profiter de manière solennelle de la présence et de la parole d’un homme qui porte nos fonctions et manifeste notre affection envers cette communauté. Acceptant l’invitation de cet honorable frère, Guy Harpigny, nous tournons notre esprit vers toi, Jozef De Kesel. Par cette lettre, nous te nommons notre envoyé extraordinaire pour présider la cérémonie de l’Eucharistie […] Signé : François". Jozef De Kesel : "Je crois que le pape François me fait beaucoup d’honneur avec cette lettre. Je n’ai jamais présidé à la cathédrale. Je suis déjà venu, car je figurais à l’ordination épiscopale de Guy Harpigny. C’est une grande joie. J’ai ce bâtiment impressionnant en haute estime".

Durant son homélie, le cardinal a retracé l’histoire du terme "dédicace". C’est une coutume ancienne et universelle pour l’église. Au début du christianisme, cette notion correspond à l’assemblée des chrétiens qui se réunissent dans tel ou tel endroit. Ensuite, "église" désigne le bâtiment de rassemblement. Lorsqu’on érige une église comme lieu du peuple de Dieu pour y célébrer la liturgie, il est demandé de la consacrer par un rite solennel appelé "dédicace". Jozef De Kesel ajoute : "Notre-Dame est reconnu comme patrimoine mondial de l’humanité".