La commune négocie avec la SNCB pour que les navetteurs de l’entité bénéficient d’un tarif réduit pour le parking de la gare.

La gratuité de l’accès au parking de la gare de Silly appartiendra bientôt à une ère révolue.

La SNCB a profité de la fin des travaux d’extension de celui-ci (682 places) pour installer des barrières qui préfigurent l’instauration prochaine d’un système de péage comme c’est déjà le cas dans un grand nombre de communes desservies par une station ferroviaire.

Déplorant un manque d’informations à ce sujet, le groupe Ecolo a interpellé, lundi soir, le bourgmestre lors de l’avant-dernier conseil communal de la législature. Damien Blondiau voulait notamment savoir si un tarif particulier serait réservé aux habitants de l’entité occupant quotidiennement le parking de la gare.

"Il y a un mois, la commune a entamé des négociations dans ce sens avec la SNCB et la société privée qui sera chargée de la gestion du futur parking payant", indique Christian Leclercq.

Il faut savoir que depuis sa création voici une trentaine d’années, l’entretien des abords est assuré par les ouvriers de la commune et donc à la charge de celle-ci.

"Chaque année, la facture s’élève à 20 000 €. À plusieurs reprises par le passé, la commune a réclamé ces dépenses à la SNCB mais le contentieux n’est toujours pas réglé. Nous négocions actuellement avec la direction des chemins de fer pour que l’argent soit ristourné aux navetteurs silliens afin qu’ils puissent bénéficier d’un tarif préférentiel", ajoute le bourgmestre.

Ce dernier se montre résolument optimiste. "La SNCB est consciente de la nécessité de trouver une solution compensatoire pour les 38 % de Silliens utilisant ce parking. D’ici 15 jours, une nouvelle rencontre est prévue pour trouver un accord susceptible de satisfaire toutes les parties autour de la table."

La commune a déjà pu convaincre la SNCB de rendre simultanément payant le parking de la gare d’Enghien afin de ne pas encore renforcer l’attrait de celui de Silly. Christian Leclercq a encore fait savoir que des espaces Kiss and Ride étaient bien prévus.

Le PS , lui, considère que les plus démunis devraient pouvoir continuer à accéder gratuitement au parking SNCB.

"Hélas, la commune n’a aucun pouvoir de décision sur des espaces qui ne lui appartiennent pas. Ce n’est pas à elle à décréter la politique sociale des parkings de la SNCB pour qui il s’agit d’abord de rentabiliser les investissements consentis sur ses lignes", ajoute le bourgmestre . Bruno Deheneffe