Ce vendredi, Ludivine Dedonder, ministre de la Défense, a visité le centre majeur de vaccination de la cité des Cinq Clochers, pour rappel basé au sein du Hall des Sports. La ministre a ainsi pu rencontrer les personnes actuellement occupées à encadrer la vaccination du personnel médical et paramédical ainsi que les militaires présents pour apporter leur soutien. 

"J'ai souhaité que l'armée puisse apporter son aide dans le cadre de cette crise pour lutter face à ce virus, rappelle Ludivine Dedonder. On a immédiatement libéré 1 850 militaires qui étaient disponibles pour intervenir dans les centres de soins, dans les hôpitaux, dans les maisons de repos et dans les centres pour personnes handicapées. On a été fameusement sollicité, que ce soit dans la composante médicale ou au niveau logistique dans toutes les régions de notre pays."

Si les militaires sont encore présents dans quelques centres de soins, c'est désormais de façon minime car il y a moins de demandes. "Et c'est tant mieux, cela veut dire que la situation est plus maîtrisée." L'objectif est également que la Défense puisse continuer son appui dans le cadre de la campagne de vaccination. "On a tout d'abord détaché du personnel au niveau de la planification du commissariat Covid. On a aussi mis du personnel au niveau logistique dans toute une série de centres de vaccination qui le souhaitaient. Au niveau de notre région, on a reçu une demande pour Tournai, une autre qui est en cours de traitement sur Ath et sur Mouscron. Sur Soignies, une demande a aussi été introduite et nos militaires sont déjà sur place."

Ainsi, au sein du centre majeur de vaccination de Tournai, il y a actuellement quatre militaires. "Il y en aura un peu plus lorsqu'il y aura plus de lignes de vaccination, c'est en fonction des besoins. Quand on parle de quatre militaires, cela signifie en réalité une vingtaine puisque les horaires sont assez larges."

La ministre Dedonder a encore rappelé que la Défense mettait ses infrastructures à disposition. Des casernes se sont également adaptées en centres de vaccination. "L'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek est par exemple maintenant un centre de vaccination pour la région bruxelloise. On se tient toujours disponible pour les demandes, que ce soit en matériel, équipement ou personnel. On a également des équipes mobiles qui peuvent appuyer les centres de vaccination si nécessaire. D'une manière générale, mettre l'aide à la nation et à la société civile est une de nos priorités pour cette législature, au-delà de tout ce que la Défense réalise déjà. Tout le monde doit être solidaire pour enfin se sortir de cette crise, j'espère que la vaccination le permettra le plus rapidement possible."

L'occasion de signaler que la Défense recrute énormément. 10 000 personnes seront en effet engagées durant les quatre prochaines années. "Des militaires mais aussi des civils, c'est important pour pouvoir maintenir une défense effective." On peut déjà retrouver pas mal d'offres d'emploi sur le site mil.be. En 2021, 2 500 personnes seront engagées et la Défense compte déjà près de 4 200 candidats ! "C'est le double de l'année dernière, c'est de bon augure. Il y a des perspectives d'avenir pour ceux qui ont un diplôme mais aussi pour ceux qui n'en ont pas et qui souhaitent se former."

Cet engouement peut enfin s'expliquer par la visibilité donnée actuellement aux différentes facettes du métier de militaire. "Quand nous sommes allés appuyer le personnel des maisons de repos, des personnes ont postulé après avoir vu nos militaires à l'œuvre pour intégrer la réserve. C'est le plus beau des exemples", conclut la ministre Ludivine Dedonder.