Des opposants au nouveau contournement sont venus manifester, hier, aux abords du parc animalier.

D’année en année, Pairi Daiza attire toujours plus de visiteurs. Pour le parc animalier de Cambron-Casteau (Brugelette), ce succès croissant de fréquentation a néanmoins un revers, celui des problèmes de mobilité qu’il engendre dans les localités environnantes.

Voici quelques années, une nouvelle route avait déjà été mise en service depuis la N56 Mons - Ath afin de désengorger le village de Cambron-Casteau. Un second contournement là encore financé par la Région Wallonne et Pairi Daiza est désormais à l’étude pour soulager d’autres communes situées au nord du parc et qui, durant la haute saison touristique, absorbent tant bien que mal tout le trafic des voitures descendant de l’autoroute Bruxelles - Tournai (A8) ou de la N7 reliant aussi ces deux villes.

Oui mais voilà, le choix du futur tracé ne fait pas l’unanimité comme en témoigne la manifestation organisée, hier matin, à l’entrée du parc.

Celle-ci a mobilisé quelques dizaines de personnes auxquels s’est joint un convoi agricole de tracteurs ! "Non à la nouvelle route et à la mort de nos villages" pouvait-on lire sur des banderoles tenues par ces riverains soucieux de préserver le caractère rural de leur région mais aussi sa vocation agricole en sachant que des terres seront expropriées dans le cadre de ce projet.

"On ne comprend pas pourquoi il faut gaspiller autant d’argent dans la construction d’une nouvelle liaison routière qui dénaturera notre belle campagne alors qu’existent des solutions alternatives. Pour cela, il suffit d’utiliser et d’améliorer les voiries existantes comme par exemple l’ancienne route de la Sucrerie (N523)", argumente Luc Norga, porte-parole des collectifs défendant la position des citoyens de quatre villages : Brugelette - Pays Vert, Gibecq, Ghislenghien et Hellebecq.

Dans un souci environnemental mais aussi économique, les protestataires réclament des études de mobilité et d’incidence.

C’est le message qu’ils ont voulu transmettre en menant, samedi, une action de sensibilisation qui s’est traduite par la distribution de tracts aux visiteurs du parc. "Nous comptons sur le bon sens des décideurs politiques pour rouvrir le débat".

Chargée des relations publiques au sein du parc, Aleksandra Vidanovski rappelle pourquoi Pairi Daiza soutient le projet d’une nouvelle route tout en constatant la faible mobilisation de ceux qui s’y opposent : "Avec ce contournement, plus de 400 habitations seront soulagées. Celui-ci a pour but de contourner les villages impactés afin d’y ramener le calme et la sécurité. Des milliers d’habitants y sont favorables et nous soutiennent. En agissant de la sorte, les manifestants prennent en otage la clientèle et les travailleurs du parc."