Tournai-Ath-Mouscron La cheffe de groupe PS a interpellé la majorité sur le droit d’expression dans le bulletin communal.

Un espace est parfois réservé au sein du bulletin communal rumois, le Com’une Info qui paraît deux fois par mois, aux deux groupes du conseil communal : Intérêts Communaux et le Parti Socialiste. Les partis sont ainsi invités à donner leur avis sur une question définie.

Ce jeudi soir, en fin de conseil communal, la cheffe de groupe PS, Céline Berton, a interpellé la majorité sur ce point. "Nous aimerions bénéficier de cet espace et que notre parole soit libre et non plus orientée vers un sujet imposé qui n’intéresse pas forcément les gens", souligne la cheffe de file. Bernard Deligne, conseiller communal PS, soulevait d’ailleurs un exemple. "On nous a demandé notre avis sur Publifin, qu’est-ce que cela apporte aux Rumois ?"

Pour l’échevin de la Communication Bruno De Langhe, par ailleurs éditeur responsable du Com’une Info, ce sujet imposé a été décidé afin d’éviter des frictions qui ont déjà eu lieu par le passé au sein de la commune. "Le bourgmestre précédent (le socialiste Jean Waleckx NdlR) avait refusé notre requête. Quand nous sommes passés au pouvoir, nous avons proposé au groupe PS de mettre un article dans le bulletin, l’occasion n’a pas été saisie. Nous avons donc décidé de partir sur cette idée de thème."

Pour Céline Berton, cela s’apparente à de la censure. "Le code de la démocratie dit que c’est le règlement d’ordre intérieur qui donne les modalités d’utilisation du bulletin communal. Dans ce ROI, rien ne prévoit ce sujet imposé." Le bourgmestre Michel Casterman a dès lors proposé au PS de choisir le prochain sujet. "Nous ne voulons pas choisir de sujet mais simplement dire ce que l’on veut, dans le respect, dans un espace vide !"

Le PS pense à interpeller la tutelle à ce sujet.