Alors qu’on entend de plus en plus fréquemment parler de la seconde main, la Ressourcerie le Carré à Tournai est un partenaire de choix pour les personnes désirant profiter de la seconde main de manière éthique.

En effet, la Ressourcerie le Carré a un contrat avec la société Ipalle. Le magasin de seconde main reprend ainsi tous les biens réutilisables et l’intercommunale se charge de jeter ce qui ne l’est pas.

Comme partout ailleurs, la crise sanitaire a eu quelques impacts sur le magasin de seconde main. “Ça a été une période assez curieuse pour nous, car on a eu une période de fermeture comme beaucoup de magasins jugés non-essentiels. Cela a engendré une très grosse réorganisation, on a dû réfléchir sur notre manière de travailler et changer certaines choses”, explique Julien Wattez, responsable de la Ressourcerie le Carré.

© TROMBETTA


“Par exemple, on a dû imposer la prise de rendez-vous, ce qui n’était pas le cas avant, les clients pouvaient se présenter spontanément. Je pense que ça a freiné certains dépôts, car il y a des personnes qui rangent chez elles et qui se disent “tiens la voiture est pleines, bah, on va aller la vider à la ressourcerie” hors, ici, avec cette prise de rendez-vous cela freine un peu cette activité. Les gens ne peuvent prendre qu’un rendez-vous pour le lendemain ou alors les jours suivants”, poursuit-il.

Afin de suivre au mieux les règles sanitaires, les biens reçus par la Ressourcerie le Carré subissent un système de quarantaine, et un nettoyage est réalisé pour les bibelots, la vaisselle et les jouets.

© TROMBETTA


Malgré l’essor des sites de seconde main comme Vinted, la Ressourcerie le Carré ne semble pas impactée. Effectivement, ce n’est pas moins de 5 000 biens qui entrent chaque mois et entre 3 000 et 4 000 qui sont vendus dans les différents magasins, à savoir Ath, Lessines, Tournai et Mouscron. De quoi faire pâlir les concurrents.

“On sait qu’il y a des marchandises qui pouvaient rentrer dans les magasins que nous recevons moins. Maintenant, ici, la disponibilité est toujours très large, on se demande parfois si on ne vendrait pas en ligne ? Mais d’une part, en ligne, les gens n’auraient jamais accès à 40 000 objets par vendeur, et là, c’est le cas dans nos magasins. Ce n’est pas le même type de service. Là, c’est vraiment à l’utilisateur de faire un choix et je pense que les deux plateformes peuvent cohabiter”, déclare Julien Wattez.

© TROMBETTA


Mais réaliser des achats et/ou y faire des dons n’est pas seulement un moyen d’acheter des biens ou de s’en débarrasser.

“Nous invitons les personnes à faire des dons de seconde main, parce qu’au-delà du don et au-delà de mettre un article disponible, un bien de première nécessité ou autre à bas prix permet de créer de l’emploi. Sur les différents sites, nous sommes 105 personnes à travailler et pratiquement 50 sont payés par la Ressourcerie le Carré même, et en plus, ce sont des CDI. Donc faire un don dans une ressourcerie, c’est garantir de l’emploi local”, conclut le responsable des différents sites de la Ressourcerie le Carré.

Une bonne raison de commencer à entrer dans le monde de la seconde main  !

© TROMBETTA