La majorité a décidé de la supprimer afin de compenser la hausse de la taxe déchets.

Comme dans les autres entités de Wallonie picarde, les habitants de Mont-de-l’Enclus seront financièrement affectés par les coûts plus élevés demandés aux communes dès l’an prochain par Ipalle pour la collecte et le traitement des déchets.

Celles-ci sont tenues, par ailleurs, de respecter le décret de la Région wallonne relatif au coût-vérité en matière de gestion des déchets qui impose un équilibre entre les recettes et les dépenses.

Une obligation à laquelle n’échappent évidemment pas les autorités enclusiennes, qui viennent de soumettre au vote du conseil communal le nouveau règlement de la taxe immondices, lequel sera d’application en 2020. Concrètement, la majorité a choisi de la faire passer de 70 € à 85 € pour un isolé et de 110 € à 140 € pour les ménages.

Afin de compenser cette augmentation, la majorité a décidé de supprimer la taxe de 25 € sur l’entretien des égouts, qui rapportait annuellement à la commune près de 40 000 €. Précisons que sur le territoire concerné, seules 104 habitations sont équipées d’une mini-station d’épuration, ce qui n’est pas le cas des 1 509 autres.

Les personnes seules recevront, en outre, quinze sacs-poubelles gratuits d’une valeur de 0,75 € tandis que les ménages se verront offrir le double de sacs.

Le moyen le plus sûr

En charge des Finances, l’échevine Christel Verschuere estime que cette nouvelle tarification est le moyen le plus sûr de couvrir le coût-vérité tout en restant équitable vis-à-vis des isolés.

"Ces derniers seront même gagnants en récupérant 10 € dans l’opération", souligne le bourgmestre, Jean-Pierre Bourdeaud’Huy. Ce dernier déplore, en revanche, que sa commune soit autant pénalisée par Ipalle (+ 25 %) alors que sa production de déchets est la plus faible de Wapi.

Les frais de transport n’y sont pas étrangers. L’Enclus figure parmi les communes les plus éloignées de l’incinérateur de Thumaide. Le maïeur déplore néanmoins que le SPW fasse payer le citoyen plutôt que les gros pollueurs.