La commune d’Antoing vient de modifier son règlement général de police afin d’y intégrer des horaires de fonctionnement des tondeuses robots à gazon. Une mesure décidée afin de protéger certaines espèces animales.

"C’est surtout en nocturne où des animaux sortent et pourraient être happés par ces tondeuses", a précisé le bourgmestre Bernard Bauwens.

Chef de groupe du Groupe Ouverture, Jean-Bernard Vivier a fait part de son étonnement. "Ce règlement nous fait un petit peu rigoler, assure-t-il. En effet, on n'arrive pas à gérer les mobylettes, on n’arrive pas à gérer l’incivisme, on n’arrive pas à gérer la vitesse mais ici on va gérer les tondeuses. Déjà que la police a dû mal à faire son travail durant la journée sur l’entité, alors les faire venir durant la nuit pour vérifier les tondeuses qui vont couper ou pas de l’herbe sans faire de bruit parce qu’elles sont électriques, cela nous fait sourire."

Pour Jean-Bernard Vivier, une petite indication dans le bulletin communal expliquant pourquoi il ne faut pas user de la tondeuse la nuit serait plus judicieuse. "Faire un règlement de police pour cela… On va faire rire de nous."

Comme lui a répondu le bourgmestre, l’information sera diffusée dans le bulletin communal. "On va faire passer l’information auprès des citoyens tout en l’intégrant dans notre règlement général de police. Ces demandes viennent d’associations de protection des animaux et du Parc Naturel des Plaines de l’Escaut. Il faut les écouter. Je compte sur le bon sens des gens doit l’emporter. Si la police effectue un contrôle nocturne, par exemple sur délation comme on voit de plus en plus, on pourra verbaliser !"

Samuël Vincent, conseiller UCA qui avait fait la demande de modification du règlement général de police, explique que ce genre de mesure a déjà été fait dans d’autres communes. "On n'a rien inventé, assure-t-il. Effectivement, on ne va pas mettre en place des patrouilles nocturnes à Antoing pour vérifier l’usage des tondeuses chez les habitants. Il faudra être pédagogique et expliquer pourquoi on leur demande de ne pas les utiliser. Le bon sens veut que ces machines ne fonctionnent pas la nuit, on est dans une région où il y a beaucoup d’eau avec beaucoup de batraciens, de grenouilles qui traversent les pelouses la nuit, pas mal de hérissons aussi. C’est juste une décision en faveur de l’environnement", a-t-il conclu.