Tournai-Ath-Mouscron Au-delà du contournement de Gages, la Ville veut promouvoir le train et le bus pour faciliter l’accès à Pairi Daiza.

Le collège communal a officiellement pris position sur le projet d’une nouvelle route d’accès à Pairi Daiza. "Nous avons marqué notre accord sur la 1re phase des travaux (contournement de Gages) en demandant une évaluation à l’issue de laquelle nous nous positionnerons sur la seconde phase. Dans tous les cas de figure, nous souhaitons la réalisation d’une étude d’incidences sur les phases 2 et 3, de même qu’une étude globale de mobilité", commente le bourgmestre Bruno Lefèbvre (PS).

Ce dernier se réjouit de voir que la position de la Ville d’Ath dans ce dossier rejoint celle du ministre Di Antonio, lequel considère désormais lui aussi que la phase 1 pourrait suffire sans aller jusqu’à la N7 Tournai -Bruxelles. "Compte tenu des nombreux recours qui vont être introduits par les opposants, le chantier ne risque pas de démarrer de sitôt. Si ça tombe, dans dix ans, celui-ci n’aura toujours pas commencé."

Les autorités athoises comptent refaire le point avec le SPW et la population concernée pour plancher sur les alternatives à la voiture qui, pour l’heure, n’ont pas du tout été envisagées.

Évoquons le renforcement de l’offre ferroviaire, l’aménagement des quais des gares de Brugelette et d’Attre ou encore la création de navettes de bus qui effectueraient la liaison entre la gare d’Ath et le domaine animalier de Cambron-Casteau…

"Certains sont prêts à débourser 20 millions d’euros pour créer une voirie qui va soi disant tout solutionner alors que la plus importante attraction touristique de Belgique se situe à Brugelette où il y a de manière assez aberrante tout un potentiel ferroviaire sous exploité", poursuit Bruno Lefèbvre.

Son échevin de la Mobilité abonde dans le même sens. "Dès que se pose un problème de mobilité, on construit de nouvelles infrastructures routières sans chercher plus loin. L’ère du temps n’est plus à cette facilité-là. On a la chance d’avoir la ligne 90 Ath - Mons qui passe à proximité du parc Pairi Daiza et qui mérite d’être exploitée beaucoup plus qu’elle ne l’est aujourd’hui. Nous avons écrit au ministre Bellot pour faire en sorte que la SNCB investisse à cet endroit", commente Ronny Balcaen (Ecolo).