Cela n’aura échappé à personne, de nombreux travaux sont en cours à Tournai. Entre le CHwapi, le pont des Trous, la rue Royale, les multiples chaussées et lignes ferroviaires à rénover, les chantiers ne manquent pas. La plupart d'entre eux ne sont d'ailleurs pas près d’être terminés. Les trous d’impétrants n’arrangent rien aux problèmes de mobilité qui surviennent aux heures de pointe. La situation est le résultat d’une politique visant à obtenir des subsides de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui, à long terme, seront bénéfiques à l’ensemble des Tournaisiens.

De nombreux subsides ont été octroyés simultanément, entrainant une multiplication des chantiers. "Nous avions mis en place un plan d’amélioration de la mobilité douce", confie Laurence Barbaix, échevine des Travaux de Tournai. "Des subsides nous ont été octroyés pour entreprendre des travaux d’aménagement des pistes cyclables. La problématique du pont des Trous n’a rien arrangé à la situation puisque de nombreux quais et ponts ont dû être rénovés suite à cela. Des subsides importants nous ont également été octroyés pour leur mise en œuvre. La rue Royale ainsi que de nombreux boulevards bénéficient également de subsides pour leur réfection."

En plus de la commune, de nombreux tiers entreprennent également des travaux. "Les trous d’impétrants sont nombreux et causent des problèmes de mobilité", poursuit Laurence Barbaix. "Le CHwapi fait également des travaux tout comme Infrabel qui rénove certaines lignes ferroviaires. Ce dernier demande d'ailleurs la fermeture de certaines parties de voirie en fonction des avancements du chantier. La mise en place de déviations constitue parfois un véritable casse-tête."

Malgré tout, la mobilité reste assez fluide en dehors des heures de pointe. "Il n’y a pas vraiment de problème de mobilité à Tournai malgré les chantiers", indique Laurence Barbaix. "La situation est plus problématique en centre-ville entre 7h30 et 8h30. Les parents viennent déposer leurs enfants à l’école en même temps causant d’importants ralentissements."

D’autres travaux vont encore voir le jour. "La rue Saint-Martin va être refaite", annonce Laurence Barbaix. "Nous attendons cependant que la rue Royale soit terminée pour lancer le chantier. Plusieurs boulevards ont déjà été rénovés et d’autres devraient suivre. Un gros travail sera également entrepris sur les bâtiments communaux et les écoles de la ville. Certains endroits dataient de 1970, un rafraîchissement était donc nécessaire. La situation peut être contraignante pour les habitants mais, à long terme, elle leur sera bénéfique."