La fréquentation des gares revient petit-à-petit à la normale partout en Belgique. Alors que seul dix pour-cents du taux de fréquentation hebdomadaire habituel étaient enregistrés en plein cœur de la crise, ce pourcentage est récemment remonté à 80 %. Une augmentation significative donc qui s’explique en partie par le retour du présentiel dans les écoles et sur les différents lieux de travail. Cette augmentation de fréquentation se fait également ressentir en Wallonie picarde même si les lignes ferroviaires des gares de la région sont bien moins fréquentées que les gares wallonnes de Namur, Liège et Ottignies notamment.

Alors que la fréquentation hebdomadaire des gares belges tournait autour des 900 000 visiteurs avant la crise du covid, ce nombre d’usagers commence tout doucement à revenir à la normale. "Depuis que la situation sanitaire s’est quelque peu améliorée, 80 % du nombre d’usagers enregistrés avant la crise ont fait leur retour en gare", confie la SNCB. "C'est le pourcentage le plus élevé depuis le début de la crise. Les gens se déplacent donc de plus en plus et optent à nouveau pour le train. Lorsque la situation sanitaire était au plus mal, le niveau le plus bas de voyageurs avait été observé. Seuls les déplacements essentiels étaient alors autorisés et la SNCB n'avait transporté que 10 % de son nombre habituel de voyageurs dans le courant du mois de mars 2020. Cette proportion a ensuite culminé à 68% en octobre après l'assouplissement des mesures, avant un nouveau déclin en raison de l'introduction de nouvelles restrictions. Le nombre de voyageurs avait alors à nouveau chuté à 50% par rapport à une situation normale."

En ce qui concerne les gares de Wallonie picarde, Tournai et Ath restent parmi celles les plus fréquentées de la région mais restent bien moins importantes que d’autres gares wallonnes. "Avant la crise covid, un peu plus de 6 100 visiteurs étaient enregistrés chaque semaine à Tournai", poursuit la SNCB. "A Ath, ce chiffre culminait aux alentours de 5 300. Seul un peu plus de 1 600 personnes passaient par celle de Mouscron. Il est très difficile de définir le nombre actuel de visiteurs de ces gares. La tendance est, bien entendu, à la hausse comme partout ailleurs. A titre de comparaison, la gare d'Ottignies tournait autour des 20 000 visiteurs par semaine."