Suite aux différents incendies qui se sont dernièrement déclarés sur l'ancien site de la Dorcas ainsi qu'à Chercq, à la rue Carlos Gallaix, le bourgmestre Paul-Olivier Delannois a pris contact avec les différents propriétaires.

"La situation n'est néanmoins pas comparable, assure-t-il. En effet, au niveau de la Dorcas, les nouveaux propriétaires travaillent à l'élaboration d'un permis d'urbanisme. Étant donné que cette procédure nécessite un travail en profondeur, les propriétaires vont mettre le bâtiment en sécurité. Cependant, face au vandalisme, il n'est pas simple de trouver une solution pérenne mais les investisseurs s'attachent à trouver des solutions."

Le problème est par contre plus complexe concernant Chercq. "J'ai en effet reçu deux rapports, tant des pompiers que de la police, qui m'alertent du danger potentiel." On retrouve en effet, dans une cuve, une vingtaine de bidons dont la contenance varie de 5 à 20 litres et dont le contenu ne correspond probablement pas aux quelques étiquettes existantes. "À chaque intervention, les hommes du feu prennent donc un risque et le danger d'une pollution de l'air est toujours réel."

Le site en question, suite à une faillite, est actuellement placé sous curatelle. "J'ai donc demandé à l'administration de prendre contact avec la curatelle afin de trouver au plus vite une solution acceptable. Cette dernière nous a fait savoir qu'elle n'avait pas les fonds pour réaliser un nettoyage complet des deux cuves." La Ville va donc procéder à l'évacuation des déchets du site via un appel d'une firme spécialisée. "Les frais engendrés seront par la suite récupérés auprès de la curatelle quand celle-ci aura réalisé la vente du terrain."

Paul-Olivier Delannois explique, en agissant de la sorte, souhaiter minimiser les risques pour la population et pour les pompiers. "Je travaille également à une solution pérenne en tentant de trouver des investisseurs susceptibles de racheter le site en vue de le réhabiliter."