politique provinciale La Province veut interpeller l’État fédéral pour qu’il assume sa part de responsabilité.

Le conseil provincial a voté son budget 2020. Il a été approuvé par la majorité PS-MR, le CDH s’abstenant, Ecolo et le PTB votant non. "Le budget présente un boni de 31 000 € à l’ordinaire. Une situation stable, résultat d’une décennie de réduction des dépenses et de maîtrise des investissements", avance Serge Hustache président du collège provincial.

Le financement des zones de secours par la Province s’est trouvé au centre des débats de clôture. Il pourrait coûter 81 millions d’€ au Hainaut. L’ensemble des groupes politiques se sont rejoints sur la nécessité d’interpeller officiellement l’État fédéral pour qu’il assume sa part de responsabilité. Il couvre aujourd’hui 18 % des coûts liés aux zones de secours alors que la loi lui impose 50 %.

Ecolo s’est opposé au budget en estimant que la Province de Hainaut n’a pas anticipé les réformes annoncées par la Wallonie et a présenté une note de politique générale insuffisante.

Un appel au dialogue

"Le collège avance… vers le passé. Ce budget provincial symbolise parfaitement l’état d’esprit du collège provincial. Il est celui de la nostalgie d’une époque révolue. Au lieu d’anticiper la réforme annoncée, le budget s’alourdit de décisions qui font peser la menace de la faillite de l’institution sur les citoyens. Il manque 90 millions au Hainaut pour reprendre la charge budgétaire des zones de secours mais le collège fait comme si cela n’existera jamais", a avancé Julie Crucke, cheffe de groupe Ecolo.

Le PTB a voté contre ce budget et a rappelé les enjeux liés à l’emploi.

Le CDH a, pour sa part, estimé le budget provincial réaliste. Il en a appelé à un dialogue entre les différents niveaux de pouvoir. David Lavaux, chef de groupe CDH, a proposé pour cela la création d’une commission mixte constituée d’élus provinciaux et communaux pour mesurer les conséquences de la déclaration de politique générale et éviter de "monter les pouvoirs locaux les uns contre les autres".

Pour la majorité, Valéry Gosselain (MR) a considéré que le budget est le reflet d’une province active qui continue à investir dans des projets. "Augmenter le soutien aux zones de secours (+ 700 000 €) alors que le Fonds des Provinces diminue est un signal fort."

Dorothée Derodder a fait le même constat pour le PS.