Cinquante ans après sa mort, le célèbre peintre surréaliste reste bien vivant dans sa ville natale

Dans le cadre du 50e anniversaire de la mort de Magritte, sa cité natale a elle aussi voulu honorer la mémoire et le génie du célèbre peintre surréaliste en s’associant aux nombreux événements commémoratifs mis sur pied en 2017 un peu partout en Belgique.

Plus que quelques jours et les Lessinois pourront enfin découvrir sur la Grand-Place une magnifique statue en bronze de René Magritte offert à la ville par Lou Depryck, autre illustre citoyen de la cité des Cayoteux à qui l’on doit le célèbre tube Ça plane pour moi interprété par Plastic Bertrand.

Baptisée le Magritte au chapeau, la sculpture sera inaugurée et dévoilée ce mardi 15 août à 11 h. "Cette œuvre minérale immortalise le personnage de Magritte assis au centre d’un banc public afin de permettre aux passants de poser à ses côtés", confie Boris Lebrun, coordinateur de l’ASBL Actions de développement local.

À proximité de l’œuvre trôneront deux blocs de porphyre issus des carrières lessinoises auxquels Magritte fait référence dans plusieurs de ses tableaux dont le Château des Pyrénées qui représente un gigantesque rocher flottant au-dessus de l’eau. Un peu plus tôt dans la matinée, une fresque murale composée de dessins d’enfants fréquentant les écoles de l’entité s’offrira au regard sur une palissade en bois située au n° 13 de la rue Général Freyberg.

Magritte a également inspiré Bart Boudewijns, un artiste anversois ayant remporté un appel à projets lancé par l’ASBL organisatrice en partenariat avec la ville. Travaillant à la bombe, cette adepte de la technique du graff finalisera durant cette journée une gigantesque fresque sur le pignon d’une maison de la rue Général Freyberg.

Une bâche tendue en souvenir de Magritte sera également visible du côté de la porte d’Ogy. Jusqu’au 30 septembre, épinglons encore une balade surréaliste dans les commerces et les cellules vides du centre-ville. Le collectif Less’art s’est mobilisé pour produire plus de 130 œuvres dans l’esprit débordant d’imagination du regretté Magritte.