Tournai-Ath-Mouscron Leuze n’a pas signé le Green deal visant à promouvoir l’alimentation durable.

Baptiste Leroy (Ecolo) était persuadé, ironiquement, que Leuze faisait partie des récents signataires du Green deal visant à ce que les cantines scolaires garantissent une alimentation durable. En plus au moment où le marché public doit être renouvelé concernant les repas.

"Je n’ai pas reçu personnellement l’invitation. Des milliers de repas partent chaque jour de notre cuisine, même vers les crèches de la région de Charleroi et de Mons. Tout est contrôlé par l’Afsca et ça se passe bien", lui a répondu Lucien Rawart (MR), le bourgmestre. "Nous possédons au home une cuisine flambant neuve de 700 000 € qui sert à la fois pour les résidents, les écoliers et les crèches, notamment d’autres régions."

L’échevin Willy Hourez (MR) a dit qu’il était sensible au sujet. "Pour 2 € en maternelle et 3 € en primaire, les enfants peuvent avoir un repas chaud de qualité. Nous voulons promouvoir les circuits courts et la firme Sodexo qui a le marché y veille."

Baptiste Leroy n’est pas convaincu. "Quand vous parlez de découvrir de nouvelles saveurs, c’est exact. Ainsi, j’ai eu l’occasion de goûter le repas de mon fils. Et la saveur de la purée et des carottes que j’ai pu avaler était inconnue de mon palais. 3,3 €, c’est le prix d’un repas du côté d’Ottignies-Louvain-la-Neuve avec des cantines scolaires utilisant à 100 % des produits bio. Des indépendants sont spécialisés dans la production de repas pour la collectivité. Je peux vous mettre en contact avec eux. Il faut une volonté politique. Si l’on veut garder le fournisseur actuel, alors remettez le même cahier des charges."