Le Mémorial du Fort Breendonk, fait partie du War Heritage Institute depuis 2017. C'est l'un des camps nazis les mieux conservés d'Europe. Plus de 3 500 personnes ont été emprisonnées pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains d'entre eux y ont perdu la vie - par exécutions ou suite à de mauvais traitements - d'autres ont été envoyés dans des camps de concentration ailleurs en Europe où ils ont souvent connu le même sort.

Pendant près de deux heures, la Ministre, le Bourgmestre et les étudiants ont pu mieux comprendre l'Enfer de Breendonk. Depuis l'arrivée et l'enregistrement des prisonniers, en passant par l'appel quotidien et les travaux forcés éreintants, jusqu'à la sombre salle de torture et le lieu d'exécution : tout le groupe a écouté avec respect et intérêt. A l'aide de chiffres et des faits concrets, mais aussi avec des anecdotes et des témoignages personnels des prisonniers, les guides ont fait revivre la réalité oppressante du Fort.

"L'horreur du nazisme et des camps de concentration n'ont pas épargné la Belgique", indique Ludivine Dedonder, Ministre de la Défense. "La preuve avec le fort de Breendonk. La visite de ce lieu laisse une trace indélébile lorsqu'on découvre les pièces dans lesquelles les prisonniers ont subi de terribles atrocités. Chaque année, des milliers d'élèves visitent le fort de Breendonk, ce qui classe le site à la seconde place du nombre de visiteurs scolaires du réseau des sites du WHI. C’est la première fois que je participe à la visite du Fort en compagnie d’étudiants de la fin du secondaire et le récit du guide amplifie la dimension touchante de ce lieu indigne de notre histoire nationale. Une histoire horrible d'un passé pas si lointain et que nous ne devrions jamais oublier car il nous rappelle les méfaits du nazisme, de l'extrême droite et des dérives de l'autoritarisme. Il permet dès lors de prôner les bienfaits de la démocratie, de la citoyenneté du respect et de la tolérance. En tant que tournaisienne et ministre de tutelle du WHI, j’ai apprécié de participer aujourd’hui avec des élèves de ma région à cette visite. Je resterai pleinement engagée à partager notre histoire militaire, notre sens civique et nos valeurs aux jeunes parmi lesquelles se trouvent les dirigeants de demain."

Paul-Olivier Delannois, Bourgmestre de Tournai : "Rentrer dans le fort de Breendonk, voir ce qui s’y est déroulé, s’imprégner de l’atmosphère lourde, terrible qui habite ce lieu est quelque chose qu’on n’oublie pas … cela nous rappelle, et il faut le rappeler, qu’à une époque vraiment pas si lointaine (60 ans), des atrocités se sont déroulées en Europe et en Belgique : L’organisation du génocide par les Nazis. Voir ce lieu, les traces laissées, les documents, les photos participe à un devoir de mémoire nécessaire : pour ne jamais oublier ! En cela, je trouve l’initiative de l’école Campin vraiment très importante. J’espère que les élèves en ont appris davantage sur ce moment sombre de l’histoire et qu’ils pourront à leur tour transmettre cette mémoire à leurs amis, à leur famille."