Des riverains ont distribué des tracts aux visiteurs afin de protester contre la construction d'une nouvelle route d'accès au domaine animalier

Le bras de fer se poursuit entre les responsables du parc Pairi Daiza et les opposants au projet de construction d'une nouvelle route d'accès au domaine animalier de Cambron-Casteau (Brugelette).

Ce samedi, à l'ouverture du parc, différents comités de riverains issus des quatre villages situés sur le tracé du futur contournement - à savoir Brugelette, Gibecq, Ghislenghien et Hellebecq - ont mené une action de sensibilisation pacifique. Sous le regard d'un important dispositif policier, plusieurs dizaines de manifestants rejoints en tracteur par des agriculteurs ont distribué aux visiteurs matinaux des tracts expliquant le sens de leur combat. Regrettant de ne pas avoir été concertés, les protestataires estiment que la construction d'une route supplémentaire ne résoudra en rien les problèmes de mobilité qu'engendre l'afflux de voitures se rendant au parc durant la haute saison touristique. Pour eux, celle-ci ne fera que les aggraver tout en détruisant le paysage et son caractère rural ainsi que de bonnes terres agricoles. Ils dénoncent encore le coût des travaux et préconisent l'utilisation des voiries existantes dans un souci environnemental et économique.

Du côté de Pairi Daiza, on constate que les opposants à la nouvelle route sont minoritaires - quelques dizaines de personnes présentes sur les 15.000 habitations des entités potentiellement concernées - et qu'en agissant de la sorte, ceux-ci prennent en otage la clientèle et les travailleurs du parc. Ces derniers ont, en effet, été retardés par l'action des manifestants qui a provoqué quelques embarras de circulation le long de la voirie permettant d’accéder aux différents espaces de parking du jardin zoologique de Cambron-Casteau.

© D.R.
© D.R.
© D.R.