Lundi dernier, lors du conseil communal de Tournai, la maison de jeunes Masure 14 s'est retrouvée au centre des débats lorsque le conseiller Emmanuel Vandecaveye avait interrogé le collège au sujet de sa future salle de concert.

Lui avaient alors répondu l'échevine de la Jeunesse, Sylvie Liétard ainsi que le bourgmestre Paul-Olivier Delannois. Ce dernier n'avait pas hésité à tacler le coordinateur de Masure 14, Johakim Chajia, qui expliquait  le lendemain regretter cette situation.

Ce mardi, le Conseil d’Administration de la maison de jeunes a souhaité faire part de sa position institutionnelle.

"Le Conseil d’Administration est bien conscient de la place qu’occupe la musique dans la culture jeune de Masure 14 et soutient l’organisation d’événements musicaux depuis sa création. Si nous ne souhaitons pas transformer le garage en salle de concert, le souhait du Conseil de Participation des Jeunes et de l’équipe d’animation est de participer activement à la dynamisation musicale de notre ville. C’est d’ailleurs un axe de développement que nous inscrivons dans notre plan d’action pluriannuel", expliquent pour le Conseil d'Administration Quentin Lucq, président, et Stéphanie Calonne, secrétaire.

Des réunions participatives avec les voisins et les jeunes sont pour ce faire prévues pour que la cohésion sociale ait toute sa place dans le quartier Sainte-Marguerite. "L’asbl a à cœur de dynamiser son quartier par l’organisation de fêtes, de brocantes ou de concerts, nous désirons poursuivre dans ce sens. Si nous souhaitons favoriser la cohésion sociale, il nous semble également essentiel d’assurer la sécurité de tous à l’intérieur de nos bâtiments."

À ce niveau, le CA tient à éclaircir un point. "Si d’aucuns ont pu penser que nous souhaitions ouvrir une salle de concert dès demain à Tournai, nous souhaitons rappeler que la demande et l’obtention d’un subside n’est pas directement liés à un projet de salle de concert au sein de la maison de jeunes. Ce subside est bien un subside infra octroyé dans le cadre d’un plan général de mise aux normes de la maison en matière de sécurité. Cette salle étant bien une salle polyvalente, qui accueille et accueillera aussi l’atelier de réparation vélo Biciklo ainsi que des ateliers des jeunes."

Le subside a dès lors permis à Masure 14 de poursuivre le travail de mise aux normes du bâtiment qui fait l’objet d’une rénovation importante suite au rapport de prévention incendie établi en 2018 lors du passage des responsables de la zone de secours. "Le premier rapport fait état de 19 points de rénovation à réaliser dans les trois mois. Le second rapport phase les 19 points en deux phases comprenant 10 points et 9 points. Grâce à un travail acharné et malgré les retards de certaines entreprises et l’arrivée du Covid, nous avons fini la première phase et bien enclenché les 9 points restant qui occupent toute notre attention."

De lourds investissements

Ainsi, depuis 2018, ce sont près de 70 000 € qui ont été dégagés grâce à l’octroi de plusieurs subsides infra par la Fédération Wallonie-Bruxelles. "Dans les faits Masure 14 est plus sûre que jamais en 50 années d’existence. Ont été installés: une centrale d’incendie filaire, des boutons pressoirs pour faciliter la détection incendie, sept portes coupe-feu ainsi que modifié la plupart des plafonds pour qu’ils résistent au feu pendant au moins une heure et la plupart des châssis pour qu’ils résistent au feu pendant 30 minutes. Nous avons aussi installé des nouveaux blocs de secours ainsi que renforcé la rampe et installé des bandes antidérapantes pour faciliter la fuite, remis l’électricité aux normes. Enfin nous avons cloisonné l’infrastructure pour éviter la propagation d’un éventuel feu."

Des investissements finalement assez lourds pour une petite association comme Masure 14. D'autres sont pourtant encore prévus comme l’installation d’un exutoire de fumée et la résistance au feu du garage va continuer à être renforcée. "C’est d’ailleurs cette mise aux normes qui devrait nous permettre d’organiser plus d’événements. Les rapports de la zone de secours mentionnent que les manquements émis ne constituent pas un obstacle à la poursuite de l’activité de l’établissement. La visite des pompiers pour le contrôle de la mise en conformité aura lieu prochainement et permettra de constater tous les efforts fournis dans la mise en conformité et la sécurisation du bâtiment."

Le CA rappelle encore que, depuis son engagement en 2016, le coordinateur Johakim Chajia a véritablement effectué un travail de redynamisation de l’équipe et de mobilisation des jeunes. "Près de 100 jeunes fréquentent quotidiennement Masure 14. Au quotidien, l’équipe d’animation s’investit pour favoriser l’engagement citoyen des jeunes, leur participation mais aussi leur conscience éco-citoyenne. Avec les jeunes, ils participent à renforcer leur créativité en matière de culture geek mais aussi de musique. Le travail pour la promotion de l’égalité et des chances et la solidarité internationale sont aussi essentiels et permettent de réduire, à notre échelle, les inégalités. Le projet global de la maison est ambitieux et les résultats sont plus que satisfaisants aux yeux de l’inspection de la Fédération Wallonie-Bruxelles. C’est une réussite dont nous, le pouvoir communal et l’ensemble des Tournaisiens peuvent être fiers. Aussi, nous souhaitons ici témoigner notre soutien envers notre coordinateur dont la fougue n’a d’égal que son opiniâtreté. Mais n’est-ce pas de cela dont une ville a besoin pour faire avancer les projets ?"

Le dialogue plutôt que l'affrontement

Comme le souligne enfin le Conseil d'Administration, une fracture semble s'afficher avec une certaine défiance de la part de la jeunesse à l’égard des autres générations et du politique. "Les défis auxquels les jeunes d’aujourd’hui vont devoir faire face au cours de leur vie sont immenses. Comment leurs valeurs vont-elles prendre forme dans l’arène politique ? Plus largement, comment les accompagner pour pratiquer la démocratie ? Ces questions sont l’affaire de tous. Écouter les jeunes et tenter de résoudre leurs problèmes en leur apprenant l’art de la négociation, du compromis et du dialogue fait partie des tâches qui incombent aux générations précédentes. Car qu’est-ce qu’un jeune si ce n’est un citoyen en devenir avec ses besoins spécifiques ? La tâche des décideurs politiques est ardue car elle consiste à répondre aux besoins de tous les citoyens, dans le respect de tous et dans la mesure des limites et des moyens disponibles."

Gageons que le dialogue l'emportera dans ce dossier. Ce que souhaite par ailleurs la maison de jeunes. "L’heure est maintenant au dialogue plutôt qu’à l’affrontement interpersonnel. Ce dont les jeunes et l’ensemble des citoyens ont besoin pour l’avenir est avant tout de cohésion."