Accès à l’eau potable et aux toilettes publiques à Mouscron : "deux droits fondamentaux"

Des fontaines d’eau potable sur la voie publique : la tradition est très ancrée en France méridionale, pas en Belgique. Simon Varrasse a questionné la majorité à ce sujet.

Antoine Pontrandolfi
Accès à l’eau potable et aux toilettes publiques à Mouscron : "deux droits fondamentaux"
©EdA

"Je profite de l'arrivée des fortes chaleurs pour vous interpeller par rapport à deux droits fondamentaux : l'accès à l'eau potable et l'accès à des toilettes", lance Simon Varrasse. Pour le chef de file du groupe Écolo, proposer un accès à l'eau potable est presque une priorité. "Cela permettrait aux familles, aux sportifs et à bien d'autres personnes de se désaltérer et de remplir leur gourde. C'est également une manière d'éviter les bouteilles en plastique et les canettes qui se retrouvent souvent sur l'espace public", indique le conseiller de l'opposition.

Plus d'accès à l'eau potable sur le territoire hurlu ? "Une réflexion a déjà été menée par les équipes communales en vue d'un tel projet. Si l'ambition est louable, elle implique cependant un certain nombre de contraintes, notamment en termes techniques et budgétaires (branchement d'eau, évacuation, raccordement électrique si un système de nettoyage automatique est envisagé, etc.). Enfin, l'entretien, dont le suivi des éventuelles dégradations, est lui aussi non négligeable", répond Laurent Harduin.

L'autre accès nécessaire selon Simon Varrasse concerne donc les toilettes publiques. "Il en faut davantage. À l'heure actuelle, il est quasiment impossible d'en trouver. Et si elles existent, elles sont souvent fermées. C'est évidemment très regrettable et cela provoque parfois des comportements qui vont à l'encontre de la propreté publique."

Selon l’échevin, l’eau potable et les toilettes sont accessibles pendant les heures d’accessibilité des différentes structures, dans les services publics, halls sportifs, cimetières, plaines et espaces verts.

Et les toilettes publiques, quel est leur nombre ? "Il y en a dans le centre-ville, à la Rénovation urbaine. Elles ne sont toutefois pas ouvertes en permanence, de manière à garantir un certain contrôle social", précise l'échevin. "Mais le collège communal a sollicité la Gestion Centre-Ville en mai dernier afin d'envisager à court terme le placement de toilettes publiques dont le nettoyage est automatisé."

Et l'idée d'un label suggéré par Simon Varrasse pour distinguer les endroits qui acceptent de remplir les gourdes ? "Elle pourrait être intégrée à la réflexion actuellement menée par les services communaux pour dynamiser le label Hurlu + pour les établissements Horeca", conclut Laurent Harduin.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be