Suite à la crise sanitaire, de nombreux événements ont dû être annulé. Comme l'a annoncé il y a quelques semaines le conseil national de sécurité, les événements de masse sont effectivement dans l'impossibilité de se tenir jusqu'au 31 août prochain. Mais qu'en sera-t-il après cette date ?

C'est dans ce contexte que beaucoup de personnes s'interrogent légitimement sur la tenue de la 42e édition des 24h en course libre de Mouscron. Cet événement est, normalement, à retrouver les 25, 26 et 27 septembre prochain. Si le comité organisateur s'attelle à la préparation de l'événement depuis la fin de l'édition précédente, il est difficile d'avancer sereinement face aux incertitudes qui planent pour le mois de septembre.

" Au vu des conditions sanitaires actuelles et compte tenu de la priorité absolue donnée à la préservation de la santé de toutes et tous, le comité réfléchit à la possibilité ou non d’organiser une version “light” des 24h aux mêmes dates", assure Luc Tiberghien, président des 24h. Bien entendu, il y a lieu aussi d’observer comment les Autorités vont se positionner quant à l’organisation d’événements de masse à partir du mois de septembre et, si la possibilité est ouverte, d’obtenir l’autorisation communale pour la tenue des 24h et sous quelles conditions."

Si l'envie d'organiser cette manifestation incontournable est toujours bien présente dans le chef des organisateurs, ces derniers mesurent toute la difficulté et tous les obstacles qui se dressent face à eux. "Encore une fois, nous ne prendrons aucun risque si toutes les conditions ne sont pas rencontrées pour organiser l’événement, même sous une forme allégée et adaptée en fonction des circonstances."

Le comité organisateur pensent également à celles et ceux dont la santé physique ou financière a été gravement impactée par l'épidémie de Covid-19. " Plusieurs de nos fidèles sponsors et partenaires auront malheureusement plus de difficulté à nous soutenir avec autant de générosité que d'habitude.  Avec l’espoir d’une évolution positive, il y a urgence d’attendre avant de définir une position définitive quant à la tenue de notre manifestation, sous une forme ou l’autre.  Nous vous en informerons dès que la situation se précisera. D’ici là, portez-vous bien !"