Didier (prénom d'emprunt), originaire d'Estaimpuis, se trouvait récemment à la barre du tribunal correctionnel de Tournai pour avoir détenu, possédé et vendu du cannabis de janvier 2018 à janvier 2020. On reproche également au prévenu d'avoir cultivé différents plants de cannabis à son domicile. 

Agé de 29 ans, Didier revendait le cannabis six euros le gramme et consommait tout de même dix joints par jour. Toutefois, devant la juge Laus, il a confirmé que les diverses préventions étaient aujourd'hui du passé. Durant son audition, le prévenu avait indiqué qu'il ne voyait pas le cannabis comme une drogue mais trouvait que la cigarette était davantage dangereuse et accentuait la dépendance. Après cette interpellation lors de l'audience, Didier a avoué que ses propos étaient un peu exagérés et qu'il percevait désormais le cannabis comme une drogue nocive.

N'ayant pas d'antécédent judiciaire, le représentant du ministère public ne s'est pas opposé à une mesure de faveur. En ce qui concerne l'avocat de Didier, celui-ci sollicite à titre principal une suspension simple du prononcé et à titre subsidiaire une peine de travail. 

Le jugement sera prononcé le 28 juin.