Sacrée semaine pour le secteur de la culture! Fermeture d'abord, manifestations et indignations ensuite et enfin rétropédalage des autorités. En effet, ce mercredi, le comité de concertation a fait marche arrière et a annulé sa décision de fermer les lieux culturels. Ce retour fait suite à la décision du Conseil d'État qui a jugé cette mesure "disproportionnée et non adéquatement motivée".

Un soulagement pour Christian Debaere, directeur du Centre culturel de Mouscron, qui avoue être plus heureux pour ses collègues que pour lui-même: " En ce qui nous concerne, nous n'avions déjà plus de spectacles à proposer avant mi-janvier, mais si nous en avions eu, nous serions restés ouverts, confie le directeur. Nous avons notamment annulé le spectacle de Pierre Kroll, qui était un des derniers à l'affiche, pour le reporter à l'année prochaine. Pour tout dire, les gens devenaient frileux à l'idée de se déplacer. Les spectacles reprendront à partir de mi-janvier chez nous, après une petite pause hivernale"

Si le secteur de la culture peut souffler, pour Christian Debaere, ces réjouissances sont symptomatiques de quelque chose qui ne va pas: " On est en train de se réjouir de quelque chose qui est normal, en fait! Laisser ouverts les théâtres ou les cinémas, il n'y a rien de plus normal, et c'est triste qu'il y ait fallu tout ça pour que les politiciens s'en rendent compte."

"Merci aux comédiens qui ont introduit le recours!"


Si pour Christian Debaere, les différentes manifestations et rébellions du secteur ont probablement eu un petit effet sur cette décision, il souhaite néanmoins remercier les comédiens de la troupe "Sganarelle Productions" qui ont introduit un recours devant le Conseil d'État, qui a fini par leur donner raison. " Sans ce recours, il n'y aurait peut-être pas eu de retour en arrière. C'est principalement grâce à eux que les politiciens se sont rendu compte de leurs bêtises."

D'ores et déjà, le directeur donne rendez-vous à ses fidèles spectateurs pour la rentrée et ce, peu importe s'il y a un nouveau revirement de situation. " On ouvrira mi-janvier, codeco ou pas codeco, fermeture ou pas fermeture, on sera là et bien ouvert!