Christelle travaille comme employée à la Redoute, à Estaimpuis. Dès le premier confinement, cette dernière a dû travailler de chez elle et a dû faire face aux points négatifs mais également aux points positifs du télétravail.

"J'ai dû travailler de la maison lors du premier confinement. En juillet, j'ai pu retourner au sein de la société avec peu de personnes sur place. Avec la hausse des contaminations au mois d'octobre, je suis très vite repassée en télétravail. Àl'heure actuelle, la société établit un planning afin que les employés, qui en ressentent le besoin, puissent y retourner à tour de rôle. J'ai d'ailleurs pu retourner à mon travail la semaine dernière", déclare Christelle.

Au début, l'employée vivait très bien le télétravail. D'une certaine manière, elle se sentait rassurée de pouvoir rester à la maison alors que la crise sanitaire prenait de l'ampleur. "Les premiers temps, cela ne me dérangeait pas, je me sentais en sécurité à la maison. Cependant, avec l'arrivée de l'hiver le télétravail a commencé à me peser car, je n'avais plus de contact social et voir ses collègues par visioconférence, cela ne remplace pas le lien humain".

Le manque de contact

Depuis plusieurs mois, Christelle a des difficultés à vivre cette solitude et cette rupture avec le monde extérieur. "La solitude est difficile à supporter. Aujourd'hui, mon fils travaille et est donc souvent absent tout au long de la journée. Je me sens seule et cela joue beaucoup sur mon moral. J'ai besoin de contacts humains et de voir des personnes. Lorsque je fais des pauses à la maison, cela consiste à boire un café toute seule dans ma cuisine et non avec mes collègues. J'ai besoin d'aller sur mon lieu de travail et le plus vite sera le mieux", ajoute l'employée.

Le télétravail peut avoir des avantages comme des inconvénients. " Je suis contente de pouvoir continuer mon travail, ce n'est pas le cas pour tout le monde. J'ai toujours été motivée dans mon travail et je n'ai jamais eu de problème de productivité. Cependant, je constate que lorsque je travaille à la maison, je prends moins soin de moi et ce n'est pas toujours bon pour le moral". 

Christelle ne remerciera jamais assez ses employeurs qui ont toujours fait preuve de bienveillance à l'égard de toute l'équipe. "Ils ont toujours fait le maximum pour que nous nous sentions bien. Nous avons régulièrement des réunions afin d'être au courant de l'évolution de la situation. Ils ont continuellement été à l'écoute et disponibles pour que nous soyons sereins", conclut Christelle.