Mouscron - Comines Une évaluation de fonctionnalité a été menée, et a dégagé des pistes pour rénover les locaux et garantir le respect aux nouvelles normes.

10 000€ avait été inscrit au budget 2019 par le conseil de police. Ce montant doit permettre d'engager un architecte qui mettra sur les rails le projet de rénovation du commissariat central de Comines-Warneton.
A terme, l'objectif est de répondre aux besoins actuels en matière d'accueil mais aussi de bien-être au travail et de détention pour les personnes arrêtées.

Lors du rassemblement des services, en 2012, certains bâtiments sont restés en l'état, étant seulement rattachés par une annexe au reste des locaux.
Les cellules, notamment, correspondent aux normes de 1991. Il serait donc nécessaire de les remettre à niveau.
"Les normes ont évolué, et les règles liées aux avocat, par exemple avec la loi Salduz, nécessitent de revoir l'aménagement de l'espace", souligne le chef de corps, Sébastien Dauchy.

Une évaluation de fonctionnalité des différents locaux au sein du bâtiment a donc été réalisée, en collaboration avec le SEPP, le Service externe de prévention et de protection, et les commissions logistiques internes.
"Il faut évoluer avec son temps et s'adapter. Il ne faut peut-être pas faire tous les travaux en même temps, ni les faire de manière grandiose."

De cette évaluation, il en est principalement ressorti que, outre la mise aux normes des cellules, l'espace d'accueil pourrait être agrandi, un local pourrait être dédié aux procédures d'arrestations (fouilles, prise d'empreintes numériques et de photos, décontamination...), tandis que le vestiaire des dames nécessiterait d'être agrandi.
Les bureaux du service de recherche pourraient aussi être rénovés, et un local dédié aux informaticiens pourrait être créé.

L'architecte sera prochainement désigné, afin de produire un projet chiffré et ainsi mettre concrètement les travaux en ordre de marche.