L'ensemble des résidents et travailleurs du CPAS de Comines-Warneton ont dernièrement été testés. Les résultats sont dernièrement tombés et ont révélé que 27 résidents et 13 membres du personnel sont positifs au Covid-19. Une vingtaine d'autres résidents sont sous surveillance accrue.

"Face à ce constat nous avons mobilisé l’ensemble du personnel afin d’effectuer le plus rapidement possible un cohortage des personnes positives dans le Home Paul Demade, le plus impacté", détaille Frédéric Hallez, président du CPAS de Comines-Warneton.

Dans un premier temps, ce home a été totalement fermé afin d'évaluer la situation et de pouvoir prendre les initiatives qui s'imposaient comme le cohortage, le déploiement du matériel spécifique, la révision des horaires, ... Dans les deux autres maisons de repos, celle du Sacré-Cœur et de la Châtellenie, les visites ont été drastiquement réduites.

"Aujourd’hui, nous avons la lourde responsabilité d’envisager les prochaines semaines au sein du Home en tenant compte de l’accompagnement spécifique que requièrent les personnes dites positives, la surveillance accrue que représentent les personnes dites suspectes tout en prenant en compte l’isolement social et moral infligé à l’ensemble des résidents depuis la décision de fermeture." Des protocoles spécifiques de visite seront proposés aux familles, tout en tenant compte de la situation médicale de chaque résident. "Les représentants des résidents ont été prévenus personnellement de ces différents protocoles. En attendant, les équipes sur place se mobilisent afin de donner régulièrement des nouvelles aux familles et veillent à garder le contact."

De plus, étudiants et bénévoles viennent en renfort des équipes sur place. Une évolution quotidienne de la situation sera opérée. Des groupes de parole se mettront également en place dans les prochaines semaines.

"Un planning de test pour les résidents sera mis sur pied et la ministre de la Santé nous a assuré que dans les prochaines semaines, nous pourrions bénéficier de tests salivaires pour l’ensemble du personnel travaillant en maison de repos. Ce testing se fera chaque semaine. Nous stoppons temporairement les entrées de nouveaux résidents en court ou long séjour."

Comme l'explique Frédéric Hallez, cette deuxième vague vient s'ajouter à tout le travail déjà effectué lors de la première. "Nous sommes très attentifs à la situation et nous veillons à activer toutes les options possibles afin de faire face à cette seconde vague. Nous ne pouvons également que remercier encore le professionnalisme et le dévouement de nos équipes en ces temps de crise."