Comines Sur le promontoire artificiel, un parc environnemental sortira de terre à Comines.

Dans quelques jours, les pelleteuses entreront inéluctablement en action, en bord de Lys.

"La nature va payer un lourd tribut à l’industrialisation des voies navigables. Car la zone humide de Comines, patrimoine de haut intérêt écologique, est sacrifiée sur l’autel du développement économique", reconnaît, en désespoir de cause, Philippe Mouton, échevin du Territoire et du Patrimoine.

"Le projet européen du canal Seine-Nord-Europe est en soi vertueux. Il devrait permettre, à court terme, de réduire le transport des marchandises par la route en privilégiant les voies navigables" avoue, le cul entre deux chaises, le mandataire écolo.

Le problème se situe au niveau du goulot d’étranglement entre Comines France et Comines-Warneton.

"C’est un véritable entonnoir qui rend la circulation des bateaux de haut tonnage difficile à cet endroit où s’enchaînent aussi les méandres. Mais, alors que nous pensions que les autorités des voies navigables procéderaient à l’élargissement du cours actuel du fleuve, les maîtres d’œuvre européens ont opté pour le creusement d’un nouveau tracé plus rectiligne qui traverse, sans s’en préoccuper, la zone humide", déplore Philippe Mouton.

Du haut du promontoire

"Dès à présent, nous sommes particulièrement vigilants au déroulement du chantier. Et nous veillerons à ce que les entreprises mandatées pour l’excavation des terres respectent, en tous points, les mesures de préservation l’environnement", poursuit la bourgmestre Alice Leeuwerck (Ensemble).

Mais la rectification du cours de la Lys, aussi traumatisante soit-elle pour l’écosystème local, est paradoxalement une opportunité.

"Ce chantier colossal permettra de créer un parc environnemental sur le promontoire, en bordure de la zone humide préservée de l’intervention brutale de l’homme", ajoute aussitôt la mayeure.

Une fois la butte artificielle érigée et les terres damées, les ouvriers de la ville pourront entrer en action.

"Le parc s’animera autour du vieux pont de chemin de fer, vestige d’un passé révolu, qui témoigne de l’activité industrielle entre les villes jumelles", précise Philippe Mouton qui aime autant la nature que les hommes qui y vivent.

Cet endroit se veut un lieu de loisirs, de détente, mais aussi de pédagogie.

"Des panneaux didactiques joncheront les sentiers pour renseigner, çà et là, les promeneurs sur la richesse de la faune et de la flore locale", conclut l’échevin de la Culture et du Tourisme.

Au pays des merveilles

"C’est un parc environnemental que tous les Cominois pourront s’approprier. Des aires de repos y seront aménagées pour les sorties en famille. Et une large bande herbagée permettra aux propriétaires de chiens de laisser s’ébattre leurs animaux en toute liberté, sans importuner les autres promeneurs", détaille Alice Leeuwerck, en évoquant l’ébauche d’aménagement.

"Nous profiterons enfin de cet espace de convivialité, au cœur de la nature, pour offrir aux enfants une aire de jeux et aux adultes un terrain de pétanque."

Benoît Veys