Anne-Sophie Rogghe, conseillère Ecolo, a analysé les octrois des subsides communaux.

Comme les autres communes du pays, la Ville de Mouscron octroie chaque année des subsides à différentes associations de son territoire. Pour pouvoir en bénéficier, les ASBL demandeuses doivent fournir certains documents, voire toute une série d’éléments comptables si la demande dépasse les 12 500 €.

Pour Anne-Sophie Rogghe, conseillère communale de l’opposition Ecolo, les rapports fournis par les différentes associations manquent de points de comparaison. "C’est parfois difficile de donner un avis, assure-t-elle . Chaque association peut très bien dire ce qu’elle fait mais il ne leur a pas été demandé, avec des critères précis, d’annoncer ce qu’elles allaient faire avec l’argent reçu."

Des rapports vides

La conseillère déplore ainsi la grande disparité dans les différents rapports. "Certaines jouent le jeu et sont motivantes en donnant de beaux exemples de ce qu’elles font alors que d’autres rendent des rapports assez vides."

L’exemple d’Elea, la plateforme de promotion, d’information et de sensibilisation à la construction durable et aux performances énergétiques du bâtiment, était ainsi cité. "Cette ASBL reçoit un subside de 15 000 € et son rapport ressemble à une coquille vide. On n’y trouve pas grand-chose au niveau des éléments exécutés tant en matière de qualité que de quantité."

Pour les verts, Elea ne semble d’ailleurs plus aussi performante et ambitieuse qu’elle ne l’était à sa création en 2006.

"Elea a été précurseur, ce qui fait qu’on a obtenu des subsides, notamment de Jean-Marc Nollet, se justifie sa présidente Mathilde Vandorpe (CDH). Évidemment, on a fini par être rattrapés par d’autres ce qui nous force à fonctionner de plus en plus en fonds propres. Il est vrai que le rapport ne donne pas suffisamment de détails sur nos actions mais nous sommes ouverts à l’entrée de nouvelles personnes au sein de notre AG."

Subside au théâtre

Anne-Sophie Rogghe soulevait un autre exemple avec un subside accordé à la Virgule, un théâtre de Tourcoing partenaire de longue date du centre culturel de Mouscron (CCM).

"La Virgule recevait un subside de la part de la Ville de 50 000 € alors qu’elle reçoit déjà un budget de 360 000 € des autorités françaises. Je ne vois pas pourquoi on doit donner de l’argent à la France alors qu’on doit faire attention à nos budgets et qu’on a beaucoup d’ASBL." Consciente du problème, la Ville a réduit ce subside de moitié, comme le confirme Laurent Harduin (CDH), échevin des Affaires culturelles.

"Nous allons effectivement leur verser cette année 25 000 €. Nous ne pouvions pas passer de 50 000 € à 0 €, surtout vu tout le travail réalisé derrière. Nous les avons rencontrés et nous allons encore améliorer les choses à l’avenir."

Un dernier point est encore soulevé avec le subside accordé à la Frégate, la maison de jeunes située dans le Nouveau Monde. La Ville lui accorde la somme de 33 000 €, insuffisante aux yeux d’Anne-Sophie Rogghe. "Ce n’est pas beaucoup au regard de son travail social et culturel, au même titre que pourrait le faire la Virgule ou le CCM. Cela pose vraiment problème, on doit être attentifs à cette situation."

Mickaël Delfosse