Mouscron - Comines Jean-Luc Vandenbroucke et la Ville de Mouscron ont trouvé un accord.

C’est sur la grand-place de la cité des Hurlus, le lundi de Pâques, que les amateurs de cyclisme applaudiront les premiers vainqueurs de la Ronde de Mouscron en 2020.

Jean-Luc Vandenbroucke et la Ville de Mouscron ont trouvé un accord.

À l’initiative de Jean-Luc Vandenbroucke, le régional de l’étape, rompu à l’organisation d’épreuves sportives.

"Lorsque, en mars dernier, Marc Duquesnoy a annoncé que la 50e édition de la Ronde de Dottignies serait aussi la dernière, mon sang n’a fait qu’un tour. Il n’était pas possible que 7 épreuves pour cadets disparaissent du calendrier des jeunes, du jour au lendemain. Il fallait trouver une solution, mais cela ne pouvait se concevoir sans le soutien des autorités communales de Mouscron."

"C’est désormais entendu", acquiesce, avec une pointe de soulagement dans la voix, Kathy Valcke (CDH), échevine des Sports. "Nous entérinerons les termes du protocole d’accord passé entre la Ville de Mouscron et Jean-Luc Vandenbroucke au soir du 21 août prochain. Mais, sur le fond comme sur la forme, les négociations ont abouti", confirme la patronne du sport mouscronnois.

"On ne pourra jamais assez insister sur le travail colossal réalisé par Marc Duquesnoy pour donner de véritables lettres de noblesse aux épreuves pour jeunes. Et même si l’actualité tragique de ces derniers mois a eu raison de l’infatigable cheville ouvrière du Vélo Club de Dottignies, les jeunes coureurs wallons lui seront à tout jamais redevables", renchérit Kathy Valcke.

À commencer par Jean-Luc Vandenbroucke lui-même qui remportait les 9 manches de la Ronde de Dottignies, en 1971, du haut de ses 16 ans.

"Évidemment, en cinquante ans, les mentalités ont évolué. Les autres usagers de la route se montrent parfois agressifs lorsqu’il faut patienter quelques instants pour laisser filer la course. Et les signaleurs bénévoles sont de plus en plus souvent pris à partie par d’irascibles riverains", constate amèrement VBD.

C’est pour cette raison, entre autres, que la Ronde de Mouscron se déroulera sur une seule journée.

Mais également pour réduire conséquemment les coûts inhérents à la sécurisation des épreuves sportives, le cheval de bataille de Jean-Luc Vandenbroucke en matière d’organisation.

"Je serai intransigeant sur la sécurité des trois épreuves de la journée assurée en étroite collaboration avec la police de la route. Mais d’un budget de 40 000 euros par le passé, on devrait boucler celui de la Ronde de Mouscron en le divisant au minimum par deux."

Kathy Valcke, échevine, souhaite pérenniser

"La volonté de la Ronde de Mouscron est de pérenniser les courses pour jeunes en Wallonie, tout en s’adaptant à l’air du temps.

Le programme de la journée de Pâques, sur la Grand-Place, s’articulera autour de trois rendez-vous : une épreuve UCI pour dames élites de 80 km environ, comptant pour la Lotto Cycling Cup, et deux épreuves de jeunes pour cadets. Ces dernières porteront vraisemblablement les patronymes de Damien Yzerbyt et d’Alfred Gadenne, dans l’esprit d’hommage voulu, à l’époque, par Marc Duquesnoy."