Depuis plus d'un an, les sourires et les émotions sont cachés par le masque que nous devons porter quotidiennement dans les zones fortement fréquentées. Toutefois, le Comité de Concertation a décidé vendredi dernier d'assouplir cette règle. Ainsi, à partir du 1er octobre, le masque ne sera plus imposé dans certains lieux mais, il faudra tout de même respecter une certaine distance entre les autres personnes.

Les clients dans les commerces et les établissements de l'Horeca pourront donc s'ils le veulent faire tomber leur masque. Cette nouvelle règle s'applique en Wallonie et non à Bruxelles où la situation reste encore délicate. Malgré cette annonce, certains citoyens comptent encore porter le masque. C'est notamment le cas de Fiona, originaire de Mouscron. Pour la jeune femme, il vaut mieux encore se montrer prudent.

"Pour ma part, je continuerai à porter le masque même s'il n'est plus obligatoire partout par peur d'attraper le coronavirus. On commence tous à savoir que le vaccin n'empêche pas d'être malade même s'il réduit les risques. Il est vrai qu'à l'extérieur, je le porte de moins en moins mais dans les endroits clos où il y a du monde, je préfère l'avoir. Je ne sais pas si la décision d'assouplir cette règle a été prise trop tôt. Selon moi, je trouve cela déconcertant que dans certains pays comme la France, le gouvernement devient de plus en plus sévère et qu'en Belgique, les mesures s'assouplissent alors que le coronavirus est toujours bel et bien présent. Le problème, c'est lorsqu'on relâche trop les mesures, il y a des débordements. J'ai donc peur qu'en retirant le masque nous soyons de nouveau face à une nouvelle vague", précise Fiona.

Malgré les nombreuses personnes vaccinées au sein de notre pays, certaines craignent encore de passer le cap de la vaccination. Pourtant, comme annoncé récemment, les principaux patients qui se retrouvent aujourd'hui à l'hôpital sont des non vaccinés. Pour cette Mouscronnoise, il aurait été fondamental d'attendre que le taux de vaccination augmente encore. "Selon moi, il aurait été nécessaire de patienter que plus de personnes soient vaccinées au vu de la situation, avant d'ôter le masque dans certains lieux. Bien entendu, un jour, on ne sera plus obligé de porter le masque quand la pandémie sera dernière nous. Cependant actuellement, je préfère être prudente et voir comment les choses évoluent", conclut Fiona.